Menaces d'inondations et crues, 30 départements en vigilance orange

Les bords de la Seine inondés le 22 janvier 2018 à Paris - © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP


Le Rhin pourrait sortir de son lit mardi, la Seine déborde à Paris, des champs sont inondés, des maisons ont les pieds dans l'eau: crues et inondations menacent une partie de la France où 30 départements sont en vigilance orange.

Le Doubs et le Jura ne sont toutefois plus en vigilance rouge pour le risque de crue, a annoncé Météo France dans son bulletin de 06H00.

Ils rejoignent 28 autres départements en vigilance orange pluies-inondations: l'Ain (01), le Rhône (69), le Doubs (26), l'Isère (38), le Jura (39), la Savoie (73), la Charente (16), la Charente-Maritime (17), la Dordogne (24), la Gironde (33) le Lot-et-Garonne (47), la Nièvre (58), l'Yonne (89), la Seine-et-Marne (77), Paris (75) et la petite couronne, la Haute-Marne (52), les Yvelines (78), le Val-d'Oise (95), l'Oise (60) ainsi que les départements de la Normandie (excepté la Manche), la Meuse (55), les Vosges (88), la Haute-Saône (70) et la Meurthe-et-Moselle (54).

La Seine devrait poursuivre sa crue dans les prochains jours, a averti lundi soir la préfecture de police de Paris, appelant à la "vigilance".

"Des inondations importantes sont possibles, y compris dans les zones rarement inondées", "des coupures d'électricité plus ou moins longues" et "des phénomènes de rupture ou de débordement de digues peuvent se produire", a pour sa part mis en garde le service d'informations sur le risque de crues (Vigicrues).

Dans les zones sous vigilance, il est conseillé de se mettre à l'abri, d'éviter les déplacements et de veiller à la protection des biens susceptibles d'être inondés ou emportés.

Lundi matin, les habitants d'Ornans (Doubs) ont été prévenus de la crue de la rivière Loue par une sirène. "La rue principale est inondée, le rez-de-chaussée de la mairie est dans l’eau, on n'avait pas vu une telle crue depuis 2002", a dit à l'AFP le maire, Sylvain Ducret.

Des pluies soutenues continuaient de doucher dans l'après-midi une grande partie de la France et vingt-sept autres départements étaient placés en vigilance orange.

- Chalets évacués et confinement à Chamonix -

En Isère, où les fortes précipitations se combinent à la fonte des neiges sur les massifs, les communes de Brangues et du Bouchage s'apprêtent à garder leurs écoles fermées mardi et des mesures de mise à l'abri provisoire des habitants dans une salle communale sont prévues en vue de la montée des eaux du Rhône.

A Chamonix, la fermeture complète du domaine skiable a été décidée par la commune et une centaine de chalets situés en pied de couloirs d'avalanches ont été évacués. Des mesures de confinement des populations habitant en zone de risque moyen ont été prises, soit plus d'un millier de personnes appelées.

"La situation est hors normes ! On a une quantité de précipitations reçues de l'ordre de 5 mois tombées en 45 jours. Et des niveaux de neige en altitude extrêmement importants, ce qui arrive tous les quinze ans dans cette ampleur", a déclaré le maire, Éric Fournier.

- Polder en Alsace -

A l'Est, le niveau du Rhin faisait l'objet d'une surveillance particulière car, là aussi, la conjugaison des fortes précipitations et de la fonte des neiges menace de faire déborder le fleuve.

Pour le désengorger si nécessaire, le polder d'Erstein (Bas-Rhin), une zone de rétention de crue pouvant stocker 7,8 millions de m3, était mis en sécurité, pour une éventuelle mise en eau mardi, a indiqué la préfecture.

A Paris, la Seine continuait de monter, atteignant 4,57 m à 16H00 au pont d'Austerlitz, mais restait en dessous du niveau de la crue de 2016 (6,10 m). Les voies sur berges n'étaient plus accessibles et en partie submergées.

Dans le Calvados, une cinquantaine d'habitants de La-Rivière-Saint-Sauveur (1.500 habitants) ont été "évacués, à titre préventif", tandis que le centre de Pont-L’Évêque (4.500 habitants) est "inondé", selon la préfecture, et une dizaine de routes départementales étaient fermées.

A Tours (Indre-et-Loire), les parkings situés sur les bords de la Loire ont été fermés "en raison d'une montée importante du niveau" du fleuve, a indiqué la ville.

bur-maj-as-mb/ct/dar


Voir la version optimisée mobile de cet article