Pesticides: l'UE décide d'interdire des néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles

Une abeille butine une fleur de pissenlit - © PATRICK SEEGER / DPA/AFP/Archives


Trois néonicotinoïdes considérés comme dangereux pour les abeilles, des pesticides déjà soumis à des restrictions d'usage dans l'UE, vont être quasi totalement interdits après le vote vendredi d'une majorité d'Etats membres, a annoncé la Commission européenne.

L'avenir de la clothianidine, l'imidaclopride et le thiaméthoxame --des subtances neurotoxiques qui s'attaquent au système nerveux des insectes largement utilisées-- était en suspens depuis 2013, après une première évaluation négative de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa).

L'agence a confirmé son opinion fin février, une évaluation qui est venue soutenir la volonté de l'exécutif européen d'élargir l'interdiction.

Celle-ci s'applique désormais à toutes les cultures en plein champ, avec pour seule exception les usages en serres, à condition que graines et plantes ne quittent pas leur abri fermé.

Une majorité qualifiée d'Etats membres (au moins 16 pays sur 28 représentant 65% de la population) a apporté son soutien à la proposition de la Commission lors d'un comité d'experts réuni vendredi matin, a précisé l'exécutif européen dans un court communiqué.

"La Commission avait proposé ces mesures il y a des mois, sur la base de l'avis scientifique de l'Efsa. La santé des abeilles a toujours une importance cruciale pour moi, puisque cela concerne la biodiversité, la production alimentaire et l'environnement", a réagi le commissaire européen à la Santé et la Sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis.

En 2013, l'UE avait déjà imposé des restrictions d'usage pour ces trois substances, contestées en justice par deux géants des pesticides dont les produits sont directement concernés, le suisse Syngenta et l'allemand Bayer.

Le moratoire partiel concernait les cultures qui attirent les abeilles (comme le maïs, le colza oléagineux ou le tournesol) sauf quelques exceptions. L'UE n'a donc pas attendu l'issue de cette procédure devant le Tribunal de l'UE, toujours en cours.


Voir la version optimisée mobile de cet article