Trump fier de sa gestion de crise après l'ouragan Maria à Porto Rico

Le président américain Donald Trump jette un rouleau de papier essuie-tout à des sinistrés à Guaynabo (Porto Rico), le 3 octobre 2017. - © MANDEL NGAN / AFP


Le président américain Donald Trump, dont le gouvernement a été accusé de négligence dans sa gestion de la crise après le passage de l'ouragan Maria à Porto Rico l'an dernier, s'est dit fier mardi de la réaction des pouvoirs publics après cette catastrophe naturelle.

Les opérations ayant suivi l'ouragan furent "un succès incroyable et méconnu", a affirmé M. Trump à des journalistes à Washington, alors que l'ouragan Florence se rapprochait de la côte Est des Etats-Unis.

Le bilan officiel est désormais de 2.975 personnes mortes sur l'île de Porto Rico dans les six mois ayant suivi la catastrophe. Il était auparavant de 64 morts, un chiffre qui a fait l'objet de vives controverses depuis un an.

Maria a laissé des stigmates pendant des mois sur l'île, en coupant l'eau courante, l'électricité, le téléphone et les routes, et en isolant de nombreux villages.

Nombre d'habitants vulnérables n'ont plus eu accès à des médecins ou des pharmacies pendant des mois. Faute d'électricité, les respirateurs artificiels ne pouvaient plus fonctionner.

Ricardo Rossello, le gouverneur de ce territoire américain, a vivement critiqué les propos de M. Trump.

"Aucune relation entre une colonie et le gouvernement fédéral ne peut être qualifiée de 'succès', parce que les Porto-Ricains manquent de certains des droits inaliénables dont jouissent nos concitoyens" aux États-Unis, a-t-il dit dans un communiqué. Selon lui, "la relation historique entre Porto Rico et Washington est injuste".

La maire de la capitale San Juan s'est dite scandalisée. "Je suis désolée, Monsieur, [mais] honte à vous", a dit sur CNN Carmen Yulin Cruz.

"S'il [Trump] pense que 3.000 personnes qui meurent alors qu'il est en poste, c'est (...) un succès méconnu, personne ne va chanter ses louanges", a-t-elle ajouté. "Parce qu'il s'est agi d'un acte méprisable de négligence de la part de son gouvernement".

Fin août, le milliardaire républicain avait déjà défendu la gestion de la crise par ses services, estimant que son administration avait fait "un travail fantastique" et soulignant que les Porto-Ricains recevaient encore à ce jour de l'aide.

"Je pense que la plupart des habitants de Porto Rico apprécient vraiment ce que nous avons fait", avait-il dit. "C'était très difficile" et nous avons "déversé des milliards et des milliards".


Voir la version optimisée mobile de cet article