Pour Le Foll, "toute dépense nouvelle" devrait concilier écologie et économie

Le député PS de la Sarthe Stéphane Le Foll le 12 avril 2017 à l'Elysée à Paris - © GABRIEL BOUYS / AFP/Archives


L'ancien ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll se dit "convaincu" dans une interview à L'Obs dimanche que le projet de la gauche doit être écologique, affirmant que "toute dépense nouvelle, toute proposition nouvelle devra(it) concilier écologie et économie".

"La prochaine fois qu’on réfléchira à un programme, à un projet, on appliquera cette règle: toute dépense nouvelle, toute proposition nouvelle devra concilier écologie et économie", affirme le maire PS du Mans. "En 2012 avec François Hollande, on avait parlé de la part du nucléaire, mais on n’avait pas un programme qui combine l'économie avec l’écologie", regrette-t-il.

"Notre raisonnement doit être simple: je fais de l’écologie, je développe l’économie. C’est mon engagement", promet-il, en déplorant que "dans le programme des journées parlementaires du groupe socialiste (qui s'ouvrent lundi à Toulouse, NDLR) il n’y a(it) rien sur l’écologie".

Ainsi M. Le Foll propose-t-il de ne supprimer que 50% de la taxe d'habitation, et d'affecter les 17 milliards ainsi économisés à "l'isolation thermique des bâtiments et des maisons".

M. Le Foll veut aussi contribuer à l'élaboration de "nouveaux indicateurs économiques". "Je vais travailler avec l’université du Mans, organiser un colloque au Mans avec des économistes qui ont travaillé sur cette question et nous allons inventer un nouveau calcul du taux de croissance", qui prenne en compte sa durabilité, assure-t-il.

Pour l'ancien ministre, "Nicolas Hulot a raison: la vraie question c’est comment concilier l’économie avec l’écologie". Mais "il aurait dû comprendre que son équation n’était pas possible (...) Rien n'avait été pensé pour intégrer l’écologie".

M. Le Foll sera cette semaine à San Francisco pour le Sommet mondial des villes et entreprises pour le climat. Il y est invité pour défendre l'initiative "4 pour 1.000" sur le stockage du carbone dans les sols qu'il avait initié dans le cadre de la COP 21.

Le premier secrétaire du PS Olivier Faure a de son côté souhaité faire de l'écologie un axe fort du futur programme du PS aux européennes, en proposant samedi dans le Finistère "d’extraire l’effort écologique de la nécessité de respecter les 3%" de déficit public. "Il y a un crédit que nous ne pouvons pas entamer, c’est celui de notre planète", a-t-il expliqué.

M. Faure avait signé cette semaine avec de nombreuses autres personnalités une tribune proposant de "libérer l'investissement vert".


Voir la version optimisée mobile de cet article