Migrants: SOS Méditerranée appelle à "un sursaut du couple franco-allemand"

Sophie Beau devant l'Aquarius 2, le 6 septembre 2018 à Marseille - © Christophe SIMON / AFP


A la veille de la rencontre à Marseille entre Emmanuel Macron et Angela Merkel, SOS Méditerranée a appelé jeudi "urgemment à un sursaut du couple franco-allemand" pour parvenir à "un mécanisme pérenne de débarquement" des migrants secourus en Méditerranée.

"Il y a urgence", a insisté Sophie Beau, directrice générale de SOS Méditerranée, dans un entretien avec l'AFP, réalisé à bord de l'Aquarius, à Marseille: "On espère vraiment que les responsables politiques de premier plan que sont M. Macron et Mme Merkel vont pouvoir s'emparer de cette question très rapidement".

"Ce qui est compliqué, c'est l'incertitude actuelle, qui fait qu'il n'y a plus aucun bateau de sauvetage humanitaire en Méditerranée aujourd'hui", a expliqué la co-fondatrice de SOS Méditerranée: "Ce sont autant de personnes qui meurent en mer".

"Depuis le mois de juin, nous avons une très forte recrudescence de la mortalité en mer. Il y a beaucoup moins de départs en 2018 que les années précédentes, mais le taux de mortalité est beaucoup plus élevé", a-t-elle déploré, en mettant en cause l'incertitude actuelle: "Il nous faut de manière urgente un mécanisme coordonné, pérenne, prévisible, pour éviter qu'à chaque fois on recommence cette même saga de marchandages entre les différents pays".

Au mois de juin, suite au refus du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini d'ouvrir ses ports au navire, puis en août, l'Aquarius s'est heurté lors de ses deux dernières sorties en Méditerranée à des difficultés pour trouver un port où débarquer après avoir secouru des migrants en mer.

"Cette fameuse question du mécanisme de débarquement (des migrants) a été mise à l'agenda par le conseil européen début juin, et nous attendons toujours des réponses", a insisté Mme Beau, en qualifiant d'"intéressante" la solution trouvée pour l'Aquarius mi-août, quand il a pu débarquer à Malte ses 141 rescapés, avant que ceux-ci soient répartis dans six pays européens volontaires.

Une certitude, il est toujours "hors de question" pour l'Aquarius de débarquer ses rescapés en Libye. "En août les garde-côtes libyens eux-mêmes nous ont expliqué et écrit qu'ils n'étaient pas en mesure d'offrir un port sûr", a affirme Sophie Beau à l'AFP: "Les Libyens eux-mêmes le reconnaissent, tout le monde le reconnaît".

L'Aquarius, auparavant sous pavillon de Gibraltar, devrait reprendre la mer "dans les jours qui viennent", le temps d'avoir finalisé les démarches pour obtenir le pavillon de Panama: "Nous avons une immatriculation temporaire avec Panama et nous repartirons quand cette immatriculation sera définitive, à très court terme on l'espère".

Un autre navire battant pavillon panaméen s'appelant déjà l'Aquarius, le navire amiral de SOS Méditerranée est désormais officiellement "Aquarius 2", comme indiqué désormais sur la coque orange du navire.


Voir la version optimisée mobile de cet article