Pionnière au caractère tranché, Alexandra David-Néel fait un bon personnage de BD

Grande voyageuse, Alexandra David-Néel (1868-1969) arriva au Tibet en 1924, alors qu'aucun Occidental n'y avait pénétré depuis 1848 et y vécut trois ans - © JOHANNES EISELE / AFP/Archives


Féministe, exploratrice et forte personnalité, Alexandra David-Néel, première occidentale à entrer dans Lhassa, est l'héroïne d'une bande-dessinée sur sa vie centenaire achevée dans sa maison de Digne-les-Bains et d'une exposition au musée Guimet à Paris du 22 février au 22 mai.

"Je me demande comment je ne l'ai pas étranglée... Mais je l'admire beaucoup", résume pour l'AFP Marie-Madeleine Peyronnet, qui fut la dame de compagnie d'une des grandes figures de l'exploration au XXe siècle, écrivain et penseur bouddhiste de renommée mondiale.

"Marie-Ma" a assisté la grande Alexandra de 1959 à sa mort en 1969 et l'a racontée dans le livre qui a inspiré la BD "Une vie avec Alexandre David-Néel" (Bamboo Edition) dont le tome 2 est sorti début février. Un tome 3 est prévu.

"Passionné de bouddhisme, raconte Fred Campoy, dessinateur et scénariste de la BD, je cherchais depuis longtemps une façon d'aborder la copieuse vie d'+ADN+, la première femme lama. Quand je suis tombé sur ce livre, je me suis dit: +C'est comme ça qu'il faut s'y prendre, à travers ces souvenirs+".

La rencontre entre l'auteur palois, 43 ans, et Marie-Madeleine, 86 ans, est un coup de foudre. Ils se couvrent mutuellement de compliments dans la conversation. "C'est la première BD que je lis de ma vie, lance-t-elle. Mais il raconte à la perfection, on dirait qu'il nous a connues toutes les deux".

Le récit de Fred Campoy, aidé par Mathieu Blanchot, 28 ans, qui fut son élève et a réalisé les décors et la couleur, alterne les dix dernières années vécues ensemble par Mmes Peyronnet et David-Néel et des retours en arrière sur les grandes heures de l'exploratrice, notamment son entrée à Lhassa, ville interdite aux Occidentaux, en 1924.

-"La résidence de la réflexion"-

Les auteurs ont choisi de raconter la fin de vie d'Alexandra en noir et blanc, et les flash-backs en couleurs. "Pour coller à l'aventure, nous imaginions mal représenter les grands espaces himalayens en noir et blanc", explique Campoy. Pionnière du féminisme, cette grande voyageuse est partie en Asie en 1911, à 43 ans, pour en remontrer aux hommes de l'Académie des sciences et ne rentrer que quatorze ans plus tard. Mais même à 90 ans, percluse de douleurs et passant souvent sa colère sur "Marie-Ma", elle a conservé son punch.

"Ca a été difficile, Alexandra n'avait pas d'heure pour manger, dormir ni travailler. Mais qu'est-ce que j'ai pu rigoler !", lâche la dame de compagnie. Agée alors de 29 ans, elle était "une amoureuse de l'intelligence, je voulais aller à Lambaréné avec le docteur Schweitzer", plaisante-t-elle. Elle a rencontré une grande dame de science et ne l'a plus quittée, spirituellement parlant.

Elle s'est longtemps occupée de la maison d'Alexandra, un repaire bouddhiste au cœur des Alpes-de-Haute-Provence, baptisée "Samte Dzong", "la résidence de la réflexion", selon la traduction d'ADN.

Cette demeure à tour carrée, coiffée d'un signe royal tibétain, se visite, gratuitement, comme une maison d'écrivain aux airs de lamaserie. La pièce de réception transporte le visiteur au Tibet, des moines bouddhistes y viennent régulièrement.

Le Musée national des arts asiatiques - Guimet y a pioché quelques pièces, masques, peintures ou manuscrits, pour son exposition consacrée à Alexandra David-Néel, dont on fêtera les 150 ans de la naissance en 2018.

"C'est dans la bibliothèque du musée Guimet qu'elle a fréquentée assidument à 20 ans qu'elle a eu le goût de l'Asie", explique Nathalie Bazin, conservatrice des collections himalayennes. Des planches originales de la BD complètent l'exposition. Marie-Ma a promis à Fred Campoy qu'elle viendrait pour l'inauguration...

(Une vie avec Alexandra David-Néel, 16,90 euros - Campoy et Blanchot - Bamboo Edition, collection Grand Angle)

(Exposition du 22 février au 22 mai, Musée Guimet, Paris)


Voir la version optimisée mobile de cet article