Calais: une fresque de Johnny vandalisée, son auteur en promet "une plus grande" (photo)

La fresque réalisée en hommage à Johnny Hallyday a été vandalisé à Calais. - © VALERIE MACON / AFP/Archives

La fresque réalisée en hommage à Johnny Hallyday, à Calais, a été vandalisée dans la nuit de vendredi à samedi. Un geste qui a choqué son auteur mais qui le motive aussi à en faire "une plus grande".

Une fresque en hommage à Johnny Hallyday a été réalisé par l'artiste KMU, deux jours après le décès du chanteur, mercredi 6, sur l’un des murs du quartier du Beau-Marais. Samedi 16, elle a été vandalisée.

Comme l'explique La Voix du Nord, qui révèle l'information, l'œuvre a été recouverte d'inscriptions sur lesquelles on peut lire "Les murs de Calais aux Calaisiens" et "F..k KMU". Les, auteurs de cet acte de vandalisme semblent donc reprocher à l'artiste son origine géographique, lui qui est de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, une commune située à quelque trente kilomètres de Calais.

"Je suis déçu pour les fans du quartier car ils étaient contents que je fasse ça en hommage à Johnny Hallyday", a expliqué KMU à Nord Eclair, ajoutant que cette dégradation lui "donne la pêche pour en réaliser un autre encore plus beau et plus grand".

LIre aussi: Johnny Hallyday repose désormais en paix à Saint-Barthélemy 

Et de lancer un appel aux Calaisiens: "Si un fan de Johnny possède un pignon de 3 à 5 mètres de haut et de large qui ne se situe pas à proximité d’un bâtiment historique et qu’il souhaite que je fasse une fresque hommage, qu’il m’appelle. Je ferai quelque chose d’encore mieux que la première et celle-ci sera intouchable. Cela leur clouera le bec…".

KMU a reçu de nombreux messages de soutiens sur les réseaux sociaux suite à la dégradation de son œuvre. "Ça m’a fait plaisir, j’ai vraiment fait ça pour les habitants du quartier qui me l’avait réclamé quand j’avais fait Jean Rochefort. J’ai reçu beaucoup de messages. Même le maire de Calais m’avait félicité sur sa page Facebook", a-t-il souligné.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr