Un président sur le trône

Trump voulait un tableau de Van Gogh, le Guggenheim lui propose des toilettes en or

Le Guggenheim a proposé des toilettes en or à Donald Trump à la place d'un tableau de Van Gogh. - ©William Edwards/AFP

Alors que Donald Trump souhaitait un tableau de Van Gogh pour orner les murs de la Maison Blanche, le musée Guggenheim lui a proposé, à la place, des toilettes en or massif. Une œuvre signée Maurizio Cattelan, un artiste italien.

Son souhait n'a pas été exaucé. Pour orner les murs de la Maison Blanche, Donald Trump a fait savoir il y a quelques mois qu'il souhaitait l'un des tableaux du peintre néerlandais Van Gogh, le Paysage enneigé. Mais sa requête a été refusée et la conservatrice du musée Guggenheim de New York (Etats-Unis) lui a suggéré à la place, dans un courrier électronique envoyé mi-septembre, une œuvre de l'artiste Maurizio Cattelan baptisée America.

Il s'agit de toilettes en or massif conçues par Maurizio Cattelan. Exposée au musée de septembre 2016 à l'été 2017, cette œuvre comprend siège, cuvette et chasse d'eau opérationnels. Elle a été utilisée par quelque 100.000 personnes au cours de cette période.

L'artiste "voudrait l'offrir à la Maison Blanche moyennant un prêt à long terme", lui a-t-elle écrit lui rappelant qu'elle était "d'une valeur exceptionnelle et assez fragile". "Mais nous vous fournirions toutes les instructions pour l'installation et l'entretien", lui a-t-elle fait savoir, un brin ironique. Et d'ajouter:"Nous sommes désolés de ne pouvoir satisfaire votre demande initiale, mais nous gardons l’espoir que cette offre exceptionnelle puisse vous intéresser". La Maison Blanche n'a jamais donné suite à son courrier.

A lire aussi - New York: des toilettes publiques en or massif au musée Guggenheim

A noter que Maurizio Cattelan est un artiste italien connu pour ses œuvres insolites, devenues parfois polémiques. Il a notamment réalisé Him, une sculpture en cire de 2001 représentant Hitler, revendue plus de 17 millions de dollars (près de 15 millions d’euros). Originaire de Padoue et issu d’un milieu très populaire, il est également l'auteur de la Nona Ora, une statue en cire du pape Jean-Paul II écrasé par une météorite. Récemment, en 2010, il avait installé devant le Palais de la bourse à Milan, à l'occasion d'une exposition personnelle, un doigt d'honneur de 11 mètres de haut.


Voir la version optimisée mobile de cet article