Trucage

Une vidéo d'art contemporain montrant des poulets en train de brûler choque

La vidéo où des poulets sont brûlés vifs est en fait truquée. - ©Capture d'écran Twitter

Une œuvre vidéo exposée au musée d'art contemporain de Lyon a choqué les internautes. Celle-ci montre des poulets en train de brûler vivants et a indigné les défenseurs de la cause animale.

Le musée d'art contemporain de Lyon a dû s'expliquer après avoir exposé une œuvre vidéo de l'artiste Adel Abdessemed. C'est un internaute qui s'est le premier offusqué sur Twitter samedi 10, appelant les associations de protection animale à réagir.

Le jeune homme a filmé cette vidéo montrant des poulets en train d'être brûlés vivants. "Ceci n’est pas de l’art mais de la pure maltraitante animale", écrivait-il alors.

A voir aussi: "Domestikator" - la sculpture (géante) des ébats sexuels entre un homme et un chien ne sera pas exposée à la Fiac

La Fondation Brigitte Bardot est ensuite montée au créneau en demandant des explication au MAC de Lyon.

L'organisme a fini par répondre aux critiques de plus en plus nombreuses. La vidéo est en fait truquée et aucun animal n'est mort pendant (et après) le tournage de la courte séquence vidéo de quelques secondes, diffusée en boucle dans le musée.

La vidéo intitulée Printemps est une "allégorie de toutes les violences" selon l'établissement, contacté par La Dépêche du Midi. L'artiste a en fait utilisé un produit spécial, aussi utilisé dans le cinéma, qui "n'occasionne pas de brûlure à la peau".

Le musée a en outre précisé qu'Adel Abdessemed avait lui-même déjà utilisé ce produit sur son propre corps pour une autre œuvre: Je suis innocent.

La vidéo du tweet du jeune internaute a été vue plus de 346.000 fois en l'espace de quelques jours. Bon nombre de twittos continuent à s'insurger contre l'œuvre qui reste "violente" pour beaucoup même si elle est truquée.

Adel Abdessemed est connu pour ses œuvres chocs. Il s'était donc "fait brûler" pour Je suis innoncent. C'est aussi lui qui avait immortalisé le coup de tête de Zinedine Zidane à Marco Materazzi avec une immense sculpture en bronze.


Voir la version optimisée mobile de cet article