Baiser de cinéma

Découvrez quel acteur embrasse le mieux selon Sophie Marceau (vidéo)

Sophie Marceau a révélé mardi soir quel acteur, parmi ceux avec lesquels elle a joué, embrassait le mieux (au cinéma). - ©Mercure Distribution

Sophie Marceau était sur le plateau de "Quotidien" mardi soir, pour la promotion de son dernier film "Mme Mills, une voisine si parfaite". Yann Barthès lui a posé plein de questions, et elle lui a répondu sur le ton de la confidence, lui faisant notamment des révélations sur les acteurs avec lesquels elle avait joué tout au long de sa carrière.

La belle Sophie Marceau était mardi 6 au soir l'invitée de Yann Barthès dans Quotidien sur TMC. L'actrice de 51 ans y venait d'abord pour faire la promotion de son nouveau film avec Pierre Richard dans les salles depuis ce mercredi 7: Mme Mills, une voisine si parfaite.

Mais, comme bien souvent dans ses interviews, Yann Barthès a bien évidemment voulu en savoir plus sur celle que l'on surnomme "la petite fiancée des Français". Il lui a posé plusieurs questions sur les différents hommes avec qui elle a partagé l'affiche au cours de sa (longue) carrière.

Le journaliste lui a par exemple demandé avec quel acteur elle aimerait rejouer, "là tout de suite". Elle a répondu "Yvan Attal". Celui avec lequel, après coup, elle s'est dit "on aurait pu mieux faire": "François Cluzet".

Lire aussi: Sophie Marceau - la petite fiancée des Français a 50 ans

Puis est venu le moment de la question "coquine" (comme aurait dit Jean-Luc Reichmann à l'époque du jeu Attention à la marche): "Le plus joli baiser?" Sans hésitation, Sophie Marceau a répondu "Mel (Gibson)", prolongeant la syllabe avec un sourire aux lèvres et déclenchant l'hilarité du public.

Sophie Marceau a partagé l'affiche avec Mel Gibson dans Braveheart en 1995 (film qui a remporté cinq Oscars) alors qu'elle n'avait pas encore 30 ans. Elle y jouait Isabelle de France, une princesse délaissée par son époux (car homosexuel) qui parvient à séduire William Wallace (incarné par Mel Gibson), un héros de l'indépendance écossaise.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr