Cryptologue et mathématicien

"Imitation Game": l'histoire vraie d'Alan Turing, l'homme qui déchiffra le code des Nazis

Benedict Cumberbatch interprète le mathématicien Alan Turing - ©SquareOne Entertainment

Sélectionné pour les prochains Oscars, le film britannique "Imitation Game", sur les écrans français ce mercredi 28 janvier, rend hommage au mathématicien Alan Turing, qui déchiffra les codes de la machine de cryptage allemande lors de la Seconde guerre mondiale.

*/

C'est l'histoire vraie d'un des héros méconnus de la Seconde guerre mondiale: dans Imitation Game, le cinéma rend hommage à Alan Turing, mathématicien et cryptotogue britannique qui perça le secret de la machine de cryptage allemande Enigma et permit sans doute d'abréger la guerre.

C'est en 1940 que le gouvernement britannique le chargea de s'attaquer à cette machine réputée inviolable, que les Allemands utilisaient pour envoyer leurs messages secrets. Il l'installa au centre d'écoutes et d'espionnage du Government Code and Cypher School (GC&CS), à Bletchley Park, petite ville du centre de l'Angleterre, à la tête d’une équipe de savants, linguistes, champions d’échecs et agents du renseignement.

Mais ce n'est pas un film de guerre. Imitation Game dresse le portrait d'un homme qui, après la guerre, poursuivit ses recherches et contribua à la création des ordinateurs et mit au point, en 1950, un test sur l'intelligence artificielle baptisé "Jeu de l'imitation" (d'où le nom du titre).

Le film raconte aussi la manière dont la société d'après-guerre le persécuta pour homosexualité, le condamnant à la castration chimique pour "outrage à la pudeur" et le conduisant au suicide en 1954.

Sportif (il courait des marathons), gentil, réservé, concentré, déterminé, excentrique, maladroit: cet homme hors du commun est interprété avec tact et passion par l'acteur britannique Benedict Cumberbatch, 38 ans, connu pour avoir joué les méchants dans Star Trek Into Darkness, dans Twelve Years a Slave et dans les trois Hobbit (il fait la voix du dragon Smaug). Sa performance lui a valu de faire partie des cinq nominations pour l'Oscar du meilleur acteur.

Le film, lui, quatrième long métrage du Norvégien Morten Hyldum, concourt pour l'Oscar du meilleur film. "Mon regard extérieur de réalisateur non-britannique a été une bonne chose car il m’a permis de mettre l’accent sur tout ce que l’histoire a d’universel", explique le réalisateur. "Il s’agit sans nul doute d’une période à part dans l’histoire britannique, mais les idées d’Alan dépassent de loin son époque et le contexte de la guerre. C’est pourquoi Imitation Game est bien plus qu’un simple film historique à mes yeux, c’est une histoire intemporelle à la portée universelle".

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film):

 

 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr