Sortie ciné

"Le monde est à toi": Isabelle Adjani mère délinquante de banlieue (critique)

Vincent Cassel, Isabelle Adjani et François Damiens jouent de savoureux seconds rôles dans le film. - ©StudioCanal

CRITIQUE – Isabelle Adjani, Vincent Cassel, François Damiens et Philippe Katerine sont à l'affiche du film "Le monde est à toi", qui sort ce mercredi. Mélange d'action et de comédie, le film est réalisé par Romain Gavras, le fils de Costa-Gavras.

SORTIE CINÉ – Isabelle Adjani joue les mères délinquantes et envahissantes dans Le monde est à toi, qui sort ce mercredi 15 août sur les écrans. Mais il y a aussi Vincent Cassel, François Damiens et Philippe Katerine dans ce film de Romain Gavras, une histoire de petits gangsters qui prend des airs de comédie déjantée.

Le personnage principal est celui de François (Karim Leklou), petit dealer de banlieue, qui a des rêves d'auto-entrepreneur tranquille: il veut devenir le distributeur officiel des bâtonnets glacés Mr Freeze au Maghreb. Mais sa mère (Isabelle Adjani), chef d'un gang de voleuses professionnelles et spécialiste des coffres-forts, a dépensé toutes ses économies.

François accepte donc un coup que lui propose Poutine, le caïd lunatique de la cité, aussi bête que méchant: aller chercher en Espagne une grosse quantité de drogue. François se rend dans la station balnéaire touristique de Benidorm accompagné de quatre personnes: Henri (Vincent Cassel), un ancien beau-père qui parle tout seul et passe son temps à regarder sur son smartphone des vidéos complotistes sur les Illuminati; deux jeunes membres excités du gang de Poutine dont la moitié des phrases se terminent par "frère!" et l'autre moitié par "j'm'en bats les couilles"; et la belle et jeune Lamya, employée de sa mère, dont il est amoureux.

Les cinq petits délinquants doivent rencontrer à Benidorm un Ecossais qui leur remettra la drogue en échange d'une grosse somme d'argent. Mais –bien sûr– rien ne se passe comme prévu, et finalement François fait appel à sa mère pour venir l'aider…

film-le-monde-est-a-toi-affiche-studiocanal-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

"J’ai toujours eu envie de faire un film de gangsters, et même l’inverse d’un film de gangsters. On a donc cherché un angle qui tente de jouer avec le genre", explique le réalisateur Romain Gavras dont c'est le deuxième long métrage, huit ans après le singulier Notre jour viendra. Fils du célèbre réalisateur Costa-Gavras, il est, à 37 ans, connu pour ses spots publicitaires et surtout pour ses clips de rap –rythmés, sexys, violents, provocateurs, drôles (voir ici une sélection de ses meilleurs).

"L’univers de la petite voyoucratie appelle davantage à la comédie qu’au film noir, avec des petites frappes sensibles, des situations absurdes, mais finalement très humaines et incarnées", ajoute-t-il, soulignant avoir voulu "maintenir un équilibre entre thriller et comédie".

De fait, il y a un scénario fait de suspense et de rebondissements, avec un rythme sans temps mort. Mais c'est aussi un film d'ambiance, avec des personnages presque caricaturaux qui entraînent l'histoire vers une comédie bien allumée, imprévisible, drôle: des bras cassés affreux, sales et méchants, petits délinquants habillés en maillots de foot, criminels de deuxième division qui s'enferrent dans des plans foireux et des combines mal ficelées. Les dialogues sont parfois outrés, violents, réalistes, mais l'humour et les rebondissements comiques désamorcent toujours les situations dramatiques et mènent le film –bien accueilli lors de sa présentation à Cannes à la Quinzaine des réalisateurs– vers son savant mélange entre suspense et comédie.

Au milieu de cette jungle urbaine, le personnage de François est presque le seul qui soit normal, qui ne veut pas être chef de gang ou maître du monde mais souhaite simplement accéder à un petit confort tranquille. Il donne son premier rôle principal à l'acteur Karim Leklou, remarqué en 2015 dans le film Coup de chaud aux côtés de Jean-Pierre Darroussin.

Lire la critique – Coup de chaud: Jean-Pierre Darroussin en plein été meurtrier

A côté d'Isabelle Adjani, très drôle en diva de banlieue qui ne veut pas laisser la bride à son fils, et de Vincent Cassel en parfait gentil abruti, on savoure aussi les apparitions de François Damiens, en truand retiré des voitures qui exploite des migrants dans sa grande villa avec piscine, et de Philippe Katerine, en avocat véreux défenseur des petits truands sans envergure. 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr