Sortie ciné

"Les Indestructibles-2": maman aussi (critique)

Le père, la mère, les trois enfants: les super-héros agissent en famille. - ©The Walt Disney Company

CRITIQUE – Gros succès en 2004 et Oscar du meilleur film d'animation, "Les Indestructibles" ont enfin une suite. La famille nombreuse des super-héros revient ce mercredi sur les écrans pour sauver le monde et, cette fois, c'est la mère qui est en première ligne.

SORTIE CINÉ – Quatorze ans après, ils sont de retour. La super-famille de super-héros de super-dessin animé qui s'était illustrée en 2004 revient au cinéma dans Les Indestructibles-2, qui sort ce mercredi 4 juillet sur les écrans français.

On avait quitté Bob le père, Hélène la mère et leurs trois enfants sur le parking du lycée face à la menace d'un très gros méchant à tête de taupe, le Démolisseur. Et, comme si 14 ans n'avaient duré que 14 secondes, on replonge dans le vif du sujet: la famille affronte le Démolisseur qui creuse ses tunnels avec une machine infernale, aspire l'argent des banques avec des tuyaux géants et met la ville à feu et à sang.

Après l'avoir neutralisé, parents et enfants n'en demeurent pas moins des parias de la société: les super-héros mettent leurs super-pouvoirs au service du Bien mais sont toujours hors la loi car on ne reconnaît pas leur courage et leurs exploits à leur juste valeur. Tous les cinq vivent dans un motel en attendant de suivre un programme gouvernemental de réinsertion.

Mais un jeune mécène milliardaire et sa sœur technicienne décident de les aider. Ils veulent réhabiliter l'image des super-héros, en les médiatisant grâce notamment à une caméra portative qui filmera leurs actions. Tous deux choisissent Hélène pour leur première mission. Bob cache sa surprise et un certain désarroi, mais accepte.

Et tandis qu'Hélène, sur une nouvelle super-moto, dans un costume rouge moulant, utilise ses pouvoirs d'élasticité pour combattre un redoutable et mystérieux adversaires nommé l'Hypnotiseur, Bob reste donc à la maison pour s'occuper des enfants: Violette, 14 ans, a son premier chagrin d'amour; Flèche, 10 ans, ne comprend rien aux maths modernes; et le petit dernier Jack-Jack, un an, réclame une histoire le soir pour s'endormir. Entre Hélène et Bob, qui a le job le plus difficile, qui est vraiment le super-héros?...

les-indestructibles-2-affiche-disney-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

On retrouve la plupart des personnages du premier film, et l'idée que les super-héros sont injustement méprisés par la société suit son cours au début de ce second épisode. Mais la grande nouveauté est que, cette fois-ci, c'est Hélène qui a le beau rôle et Bob qui doit rester en retrait –même si, en fin de compte, toute la famille, enfants compris, s'uniront pour sauver le monde.

La mère de famille est donc non seulement super-maman mais aussi super-héroïne. "Je tenais à ce que ce film soit le sien. J’étais par ailleurs curieux de voir comment Bob allait appréhender la situation et s’en sortir avec les enfants", explique le réalisateur, Brad Bird.

C'est lui qui avait réalisé le premier Indestructibles, avant de réaliser trois ans plus tard le délicieux Ratatouille, deux films couronnés de l'Oscar du meilleur dessin animé en 2005 et 2008. Puis il était passé au cinéma avec de vrais acteurs en réalisant le 4e volet de la saga Mission Impossible: Protocole Fantôme, en 2011, avant de se voir proposer par les studios Disney le 7e épisode de Star Wars –ce qu'il avait refusé pour réaliser en 2015 À la poursuite de demain, un film de science-fiction avec George Clooney qui a été son seul échec commercial.

Lire la critique – A la poursuite de demain: l'aller-retour vers le futur (et vice-versa) de George Clooney

Avec Les Indestructibles-2, il va à coup sûr renouer avec le succès. C'est drôle (le personnage du bébé, dont on va découvrir les nombreux super-pouvoirs, est hilarant du début à la fin), joliment dessiné (le graphisme des personnages s'est amélioré, et les décors années 60 sont très soignés), et l'histoire balance harmonieusement entre action (les super-héros contre les méchants) et réflexion (et si la vie quotidienne était la vraie aventure?).

Car face à la pléthore de films de super-héros en personnages réels ces dernières années (X-Men, Avengers, Spider-Man, etc.), Brad Bird a décidé d'insister sur le côté familial du scénario. "J’ai réalisé que ce qui m’intéressait le plus dans l’histoire, c’était la dynamique entre les personnages de la famille, et non leur identité de super-héros. Je pense que les spectateurs se sont identifiés à eux et que c’est la raison pour laquelle ils les ont tant plébiscités. Les Indestructibles et Les Indestructibles-2 racontent avant tout l’histoire d’une famille", explique-t-il. Avec, cette fois, un petit ton féministe qui fait d'Hélène la vedette de l'histoire davantage que Bob.

Dans la version française, Gérard Lanvin et Louane Emera prêtent leurs voix aux personnages de Bob et de sa fille Violette, tandis qu'on retrouve Amanda Lear incarnant la minuscule et autoritaire créatrice de costumes Edna Mode –personnage dont la voix, dans la version originale, est assurée par Brad Bird lui-même, qui a décidé de s'amuser jusqu'au bout…


Voir la version optimisée mobile de cet article