Sortie ciné

"Mary Shelley": Frankenstein, tout sur sa mère (critique)

Les jeunes acteurs Douglas Booth et Elle Fanning interprètent le poète Percy Shelley et sa future femme la romancière Mary Wollstonecraft. - ©Pyramide Films

CRITIQUE – Le monstre le plus célèbre du cinéma avait une mère de 18 ans. C'est l'âge qu'avait Mary Shelley quand elle écrivit en 1815 son chef d'œuvre "Frankenstein". Le film "Mary Shelley", qui sort ce mercredi, raconte la vie de la jeune romancière anglaise, éprise de liberté et amoureuse d'un poète avec qui elle vécut un mariage passionné.

SORTIE CINÉ – C'était une jeune femme romantique et rebelle, qui s'est battue contre les préjugés de la société du début du XIXe siècle et a écrit, à 18 ans, l'un des romans les plus célèbres, Frankenstein ou le Prométhée moderne: Mary Shelley fait l'objet d'un biopic, réalisé par la cinéaste saoudienne Haifaa al-Mansour, qui sort ce mercredi 8 août sur les écrans français.

Dès son plus jeune âge, Mary Wollstonecraft Godwin lit beaucoup mais écrit, aussi. Son entourage familial y est pour beaucoup: sa mère est la philosophe féministe Mary Wollstonecraft et son père l'écrivain politique William Godwin. Sa mère est morte quand elle n'avait que 10 jours mais son père lui a beaucoup parlé d'elle. Proche des milieux progressistes, il tient une librairie à Londres et encourage sa fille à écrire: "Libère-toi des pensées et des mots d'autrui, Mary. Trouve ta propre voie", lui dit-il.

Envoyée quelque temps en Ecosse, Mary (Elle Fanning) rencontre lors d'une soirée littéraire un poète en vogue, Percy Shelley (Douglas Booth). Elle a 16 ans, un cou gracile et un sourire désarmant, il a 21 ans, un nez charmant et un regard enjôleur, tous deux partagent le même amour de la poésie: c'est le coup de foudre mutuel.

Elle doit revenir à Londres et l'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais le jeune Percy décide de devenir assistant du père de Mary et se met sous sa tutelle. Commence alors une belle et tumultueuse histoire d'amour entre Mary et Percy –dont l'un des épisodes marquants sera une nuit d'orage, dans la villa de leur ami le poète Lord Byron (Tom Sturridge), à Genève au bord du lac Léman, où la jeune romancière a l'idée du personnage de Frankenstein…

film-mary-shelley-affiche-pyramide-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

C'est, à travers la description des premières années de la vie de Mary Shelley, la génèse de son chef d'œuvre Frankenstein que raconte le film. Dans le livre le monstre se sent abandonné par son créateur et se retourne contre lui, de la même façon que Mary se sentit à un moment trahie, seule, malheureuse. Avant finalement de tenir sa revanche: dans une société conservatrice qui ne laissait pratiquement aucune place aux femmes de lettres, elle finira par devenir plus célèbre que ses parents ou que son mari.

Surtout, le film décrit le caractère fort de cette jeune romancière, décidée à vivre sa passion en s'enfuyant avec Percy, à faire fi du scandale que cela provoquait chez les bien-pensants de l'époque, à nourrir leur amour de leurs idées progressistes, à résister aux épreuves que rencontra leur couple, à s'imposer dans des thèmes littéraires (la science, l'horreur) réservés aux hommes. "Je me suis totalement identifiée au personnage, époustouflée par la force et la combativité qu’elle a su trouver au fond d’elle-même. L’histoire de Mary Shelley est incroyable et plus que jamais d’actualité aujourd’hui", explique la réalisatrice, Haifaa al-Mansour.

Cette jeune femme de 43 ans est la première femme réalisatrice d'Arabie saoudite et s'était fait connaître en 2013 par son premier long métrage, Wadjda, histoire d'une jeune Saoudienne de 12 ans déterminée à s'acheter un vélo, contrairement aux tabous sociaux réservant cela aux garçons. Un personnage qui a des points communs avec Mary Shelley: "Les deux jeunes femmes se battent contre un carcan social conservateur pour mener la vie qu’elles ont choisie. Ce sont des femmes qui écoutent leur coeur sans remords, en dépit des normes et des attentes de la société, et qui triomphent sans faire de compromis", explique la réalisatrice.

Et d'ajouter: "Quand j’ai lu l’histoire de Mary Shelley, je me suis tout de suite sentie proche d’elle. J’ai reconnu en Mary Shelley une âme soeur. J’ai grandi en Arabie saoudite, dans un environnement où les femmes n’ont pas les mêmes droits que dans la culture occidentale, et en tant qu’artiste, j’ai dû me battre pour faire entendre ma voix".

Elle a trouvé un joli couple pour interpréter les deux personnages principaux, la jeune actrice américaine montante Elle Fanning et l'acteur britannique Douglas Booth, convaincants dans cette relation passionnée. Le film est d'une réalisation classique, sans outrance ni surprise, calmement mais fermement féministe, alternant douce poésie et passion orageuse, avec des phrases de Mary Shelley ou de Lord Byron en voix off et en sous-titres, quelques moments d'émotion et de suspense, et l'impression générale qu'on en apprend beaucoup sur la mère d'un personnage plus connu qu'elle dans la littérature et au cinéma, ce fameux Frankenstein.


Voir la version optimisée mobile de cet article