Super-héroïne

"Wonder Woman": Gal Gadot, actrice modèle (VIDÉO)

Gal Gadot est Wonder Woman, forte femme. - ©Warner Bros.

L'actrice israélienne Gal Gadot, ex-reine de beauté, gagne ses galons de vedette dans le film "Wonder Woman", qui sort ce mercredi. La super-héroïne en jupette y quitte son île et sa tribu d'Amazones pour aller contribuer à mettre un terme à la guerre 14-18.

Lauren Bacall, Kim Basinger, Andie MacDowell, Charlize Theron, Halle Berry, Cameron Diaz, Diane Kruger, Laetitia Casta, Monica Bellucci, Rosie Huntington-Whiteley, Kate Upton, Milla Jovovich, Olga Kurylenko, Cara Delevingne, Emily Ratajkowski: elles aussi étaient mannequins avant de faire du cinéma. C'est le parcours dont rêve Gal Gadot, Miss Israël 2004 et qui s'impose aujourd'hui comme actrice principale de Wonder Woman (ce mercredi 7 sur les écrans français), blockbuster féministe qui apporte le Girl Power aux films habituellement virils de super-héros.

L'ex-top model israélienne et désormais vedette du grand écran a été choisie pour interpréter cette super-héroïne créée en 1941 dans les BD américaines All Star Comics. Avant d'être Wonder Woman, celle-ci était une petite fille qui s'appelait Diana, fille du dieu Zeus, qui vivait dans une île isolée, ensoleillée et paradisiaque uniquement peuplée de femmes, les Amazones.

Un jour, c'est le grand saut dans l'espace-temps. Un pilote américain de la Première Guerre mondiale (Chris Pine, héros des récents Star Trek), poursuivi par les Allemands, échoue sur une plage de l'île. Il est sauvé par Diana et par les Amazones, qui repoussent la vague de soldats teutons à ses trousses, avec arcs et épées contre fusils et canons.

Quand le pilote raconte à Diana d'où (et de quand) il vient, elle comprend que c'est le dieu de la guerre, Arès, fils renégat de Zeus, qui est responsable des massacres et des combats sur le front de 14-18. Elle décide alors de quitter la tranquillité de son île pour accompagner le pilote dans le temps afin, grâce à ses super-pouvoirs, de mettre fin à la guerre –et à toutes les guerres…

film-wonder-woman-affiche-warner-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Jusqu'alors l'adaptation télévisuelle la plus connue des aventures de Wonder Woman était la série télévisée des années 1970, avec Lynda Carter comme vedette. Aujourd'hui la super-héroïne a la silhouette et les traits avantageux de Gal Gadot, 32 ans, mariée avec un photographe, mère de deux enfants (dont le dernier est né en mars dernier), qui tient ici son premier grand rôle au cinéma. Après quelques années de mannequinat, elle a fait ses débuts au cinéma en 2009 dans Fast and Furious-4 aux côtés de Vin Diesel et Paul Walker, puis a joué dans les épisodes 5 et 6. Elle a aussi fait une apparition l'an dernier dans Batman v Superman, avec Ben Affleck et Henry Cavill, qu'elle retrouvera en novembre prochain dans Justice League (mais avec un rôle cette fois plus important).

Elle est tout aussi sculpturale dans sa jupette et son corset d'Amazone qu'avec ses lunettes, son chapeau et son manteau gris dans le Londres de 14-18, et son joli sourire (trop rare dans le film) alterne avec les scènes d'action. Mais Gal Gadot n'est pas qu'une jolie brune projetée sous les feux des projecteurs. Elle fait montre d'un vrai talent d'actrice, dans le rôle d'une déesse candide et naïve qui découvre la cruauté du monde réel en fronçant les sourcils, en posant des questions, en s'insurgeant contre la folie des hommes et de la guerre.

Et surtout, elle a suivi un entraînement sportif intensif pour être crédible à l'écran, prenant 7 kilos de muscle pour le tournage. "Pendant six mois, je me suis entraînée à peu près six heures par jour: deux heures de gymnastique, deux heures de chorégraphie de combat et deux heures de cheval, ce que je n'avais jamais fait auparavant", a expliqué l'actrice au journal L'Équipe. "Au début, c'était assez dur de s'habituer à un régime aussi intensif. Mais à la fin, j'étais vraiment contente".

(Voir ci-dessous la bande-annonce du film)

Le scénario du film est assez ingénieux, et le ton général est féministe et pacifiste: c'est une femme qui contribue à faire cesser la guerre 14-18 en affrontant les hommes qui l'ont déclenchée et qui la mènent, et qui poursuit l'utopie de mettre fin à toutes les guerres sur la planète. Elle n'est pas seulement naïve, sincère, ingénue quand elle découvre la vraie vie et l'absurdité de la haine entre les hommes, elle est aussi d'une force, d'un dynamisme et d'une détermination que pourraient lui envier bien des super-héros, dans des combats sans grande surprise qui rappellent parfois les Matrix et autres Transformers. Et, entre deux séquences d'action, les dialogues lui ont ménagé quelques traits d'humour pas seulement réservés à Chris Pine.

"Je pense que c’est un film important pour les femmes, mais aussi pour les hommes", dit Gal Gadot. "Certes, c’est important que nous les femmes nous ne soyons pas réduites à l’état d’objet ou de fonction purement sexuelle. C’est essentiel aussi qu’à l’instar des hommes nous ayons une icône qui nous représente. En même temps, nous ne voulons pas que les femmes ressemblent aux hommes. Il est essentiel qu’elles gardent leur sensibilité et leur sens pratique! Nous avons besoin de femmes qui éduquent les hommes et non qui s’opposent à eux", a-t-elle déclaré dans une interview au journal belge La Dernière Heure.

Bien accueilli par la critique outre-Atlantique, le film a fait un carton au box-office pour sa sortie sur les écrans américains lors du week-end du 2/3/4 juin, bonne nouvelle pour les studios Warner et leurs super-héros des comics DC (Batman, Superman, Wonder Woman) face à la concurrence de Disney et de ses vedettes Marvel (Captain America, Spider-Man, Iron Man, Hulk, Thor).

Bonne nouvelle aussi pour la réalisatrice, Patty Jenkins, dont c'est le deuxième film après Monster, pour lequel Charlize Theron avait obtenu l'Oscar de la meilleure actrice en 2003 dans le rôle d'une prostituée tueuse en série. Patty Jenkins a déjà reçu le feu vert de la Warner pour la suite des aventures de Wonder Woman: "J'adorerais l’emmener un peu plus dans le futur et avoir une histoire excitante et amusante qui lui soit propre", a-t-elle déclaré, en expliquant que ces prochaines aventures auraient lieu en Amérique. "Le premier Wonder Woman traite beaucoup de la personne qu'elle va devenir. J'ai hâte de détailler qui elle est, et de la voir dans un autre grand film solo super-héroïque". Pour les super-héros aussi, la femme est l'avenir de l'homme…


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr