Souvenirs douloureux

Marinette Pichon évoque son père alcoolique et violent, "un taré"

Marinette Pichon a grandi aux côtés d'un père alcoolique et violent. - ©Capture d'écran YouTube

L'ancienne star du football féminin Marinette Pichon sort ce jeudi "Ne jamais rien lâcher" qui revient sur son parocurs. Elle y décrit notamment son père violent, alcoolique qui la tourmentait.

Elle a affolé les compteurs sur les terrains et a contribué à populariser le football féminin. L'ancienne internationale (jusqu'en 2006, elle a pris sa retraite sportive en 2007) Marinette Pichon publie une biographie qui sera disponible à partir de jeudi 5. Dans Ne jamais rien lâcher, elle revient sur son parcours mais surtout sa jeunesse auprès d'un père violent et alcoolique.

Un père qui, visiblement, n'avait aucune estime pour le parcours footballistique de sa fille qui allait l'emmener vers les sommets. "Je me rappelle quand je rentrais de mes matchs, que j'avais marqué quatre ou cinq buts et que mon abruti de père me disait: «Ça ne fait pas de toi quelqu'un de bien». Ou que j'étais «une merde», «une conne». Ma mère, toujours là, me récupérait à la petite cuillère" évoque-t-elle dans les pages du journal L'Equipe.

Père indigne, l'homme lui faisait des menaces à peine voilées, comme ce souvenir raconté alors que Marinette n'a que 16 ans: "C'était son mode de fonctionnement: «J'ai ta vie entre mes mains et je peux te foutre en l'air». Pour moi, c'était un taré, un frustré des sentiments".

Voir aussi: Zemyna, 10 ans, espoir du football féminin en Lituanie

L'homme, qui a été condamné pour viol est mort en janvier 2018. "Il ne fera plus jamais de mal" commente laconiquement l'ancienne joueuse.

Marinette Pichon, qui a joué professionnellement en France et aux Etats-Unis, a porté à 112 reprises le maillot de l'équipe de France et a inscrit 81 buts. Si elle ne gagnera qu'un seul titre de championne de France (avec Juvisy), elle sera à plusieurs reprises meilleure buteuse du championnat et sera l'une des premières "stars" du foot féminin en France.


Voir la version optimisée mobile de cet article