De l'encre et des larmes

Prix Goncourt: Lydie Salvayre, lauréate surprise pour "Pas Pleurer"

Lydie Salvayre a obtenu le prix Goncourt 2014. - Gonzalo Fuentes/Reuters

Le prix Goncourt a été attribué mercredi à Lydie Salvayre pour son livre "Pas Pleurer". Un récit inspiré de la vie de l'écrivaine et surtout de celle de sa mère, au travers de la Guerre d'Espagne et de l'immigration.

Elle en avait les larmes aux yeux, et ce malgré le titre de son ouvrage: Pas Pleurer (Ed. du Seuil). Lydie Salvayre a reçu mercredi le prix Goncourt. Une surprise, elle devance les favoris David Foenkinos (qui se console avec le prix Renaudot) auteur de Charlotte (Ed. Gallimard) et surtout Kamel Daoud et son Meursault, contre-enquête (Ed. Actes Sud). Il aura tout de même fallu cinq tours de scrutin pour que l'écrivaine distance Kamel Daoud par six voix contre quatre. Cette langue française qu'elle manie si bien, Lydie Salvayre l'a apprise sur les bancs de l'école primaire. Bien que née près de Toulouse en 1948, elle parlera d'abord espagnol, la langue de ses parents qui ont émigré pour fuire le régime de Franco. Cela donne du "fragnol", un mélange de français approximatif et d'espagnol. Le président de l'Académie Goncourt, Bernard Pivot a d'ailleurs glissé qu'il n'avait comme seul regret qu'il y ait "un peu trop d'espagnol". Autour d'une anisette, la mère de l'auteur raconte à sa fille cet été 1936, cette révolution libertaire pour la jeune paysanne de 15 ans alors et aujourd'hui atteinte de la maladie d'Alzheimer. L'écrivaine oppose ce récit à celui de Georges Bernanos, écrivain français, favorable à Franco d'abord puis révulsé par les atrocités du régime. "Je l'espérais, j'en rêvais" , a réussi à articuler Lydie Salvayre en se frayant un chemin à travers la marée des journalistes. "Je suis infiniment heureuse, que dire d’autre? Je ne me rends pas bien compte". Titulaire d'une licence de Lettres, Lydie Salvayre a par la suite fait médecine et est devenue psychiatre. Son premier roman, La déclaration (Ed. Juliard) a été publié en 1990.

Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr