A sa façon

"Je suis champion du monde": Pierre-Ambroise Bosse modifie "La Marseillaise" aux mondiaux d'athlétisme (vidéo)

Le coureur Pierre-Ambroise Bosse a remporté la médaille d'or lors des mondiaux d'athlétisme sur le 800m mercredi. - ©BEN STANSALL / AFP

Le champion du monde de 800 mètres Pierre-Ambroise Bosse a modifié la fin de "La Marseillaise" lorsqu'il se trouvait sur le podium mercredi soir. "champion, champion, champion du monde, je suis champion du monde", pouvait-on lire sur ses lèvres.

Décidément le coureur ne manque pas d'humour. Alors qu'il se trouvait sur la première marche du podium mercredi 9, Pierre-Ambroise Bosse, le nouveau champion du monde de 800 mètres, a entonné La Marseillaise avec le public pour célébrer sa victoire. Mais alors qu'il chantait, le coureur a apporté sa petite touche personnelle à l'hymne national.

Comme on peut le voir à partir d'1min20 sur une vidéo isolée par Francetv sport, à la place du traditionnel, "Marchons, marchons, qu'un sang impur abreuve nos sillons", on pouvait lire sur les lèvres du coureur qu'il chantait, "champion, champion, champion du monde, je suis champion du monde".

Une modification qui n'a pas laissé indifférent les journalistes sur place qui lui ont immédiatement demandé une réaction. Le Nantais de 25 ans a donc répondu quelques minutes après la cérémonie, "ce n'était pas tout à fait ma tonalité: du coup, je ne me sentais pas à l'aise mais bon j'adore chanter. Une veille de finale, si tu m'invites au karaoké, je viens", avant d'ajouter, "je suis encore dans la vague de la victoire mais je vais bientôt tomber de mon surf et vous allez me perdre pour 24 heures".

Le jeune homme avait déjà fait parler de lui lors d'une interview avec Nelson Monfort, durant laquelle il avait raconté au journaliste sportif une petite anecdote de veille de finale. "Je jette une bouteille que je croyais fermé sur le lit (...) cette bouteille s'est vidée intégralement sur mon lit et a fait une grosse tache", a-t-il déclaré avant d'expliquer au micro de Francetv comment il a séché son lit avec un sèche-cheveux en pensant:"pourquoi pas moi". Il a ajouté: "y'a que moi pour mouiller mes draps sans fille la veille d'une finale mondiale".

Il a conclu cette interview, alors que le médaillé de bronze du saut à la perche, Renaud Lavillenie l'avait rejoint, par une dernière parole déjantée, "il y a Renaud (Lavillenie) qui me fait du pied, je suis soudainement très excité, je vais quitter le plateau immédiatement".


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr