"C'est un sketch"

#BalanceTonYoutubeur: un témoignage accable Efkan Kurnaz, il répond (vidéo)

Le youtubeur Efkan Kurnaz, alias From Human To God, a crié à la diffamation après un article du "Parisien", qui reprend un témoignage dans lequel il est cité. - ©Capture d'écran YouTube

Le youtubeur Efkan Kurnaz, du pseudonyme From Human to God, a réagi mercredi dans une vidéo sur un article dans lequel est repris un témoignage d'une adolescente de 16 ans, assurant qu'il a tenté de lui soutirer des images d'elle dénudée.

Squeezie a lancé une bombe en soulignant les pratiques douteuses de certains youtubeurs, qui useraient de leur notoriété pour obtenir des photos ou vidéos à caractère sexuel de leurs jeunes abonnées.

Car depuis son tweet du début de semaine, les témoignages défilent dans les médias et sur les réseaux sociaux, comme les réactions des stars de la plateforme de partage de vidéos (celles visées par des accusations de harcèlement sexuel ou celles souhaitant dénoncer ce fléau) s'enchaînent.

D'ailleurs, la réaction de l'un d'eux a fait beaucoup de bruit mercredi 8. Efkan Kurnaz, alias From Human to God (spécialisé dans la musculation, 330.000 abonnés sur sa chaîne YouTube), a crié à la diffamation après un article du journal Le Parisien, dans lequel un témoignage le vise comme un harceleur présumé.

Lire aussi: #BalanceTonYoutubeur - les langues se délient après le tweet de Squeezie

Le jeune homme s'est d'abord offusqué que, dans la première version de l'article, son pseudonyme ne soit pas écrit correctement: "drop human to god" au lieu de "from human to god".

Ensuite, il a remis en cause le témoignage de l'adolescente de 16 ans, retranscrit par Le Parisien, l'accusant d'avoir voulu obtenir une vidéo d'elle et d'avoir tenté de l'attirer chez lui en échange d'iPads.

"Comment tu peux draguer une meuf avec plein d'Ipads, ça me fait trop rigoler je te jure. (…) C'est un article de psychopathe", s'est-il exclamé dans la vidéo postée sur sa chaîne YouTube, et approchant déjà les 80.000 vues ce jeudi 9 au matin.

"Vous me faites passer pour un harceleur auprès de gamines… Il y a plein de gens qui ne me connaissent pas qui vont lire cet article et le croire", a-t-il également dit, dénonçant encore une fois un article diffamatoire, sans preuve.

Efkan Kurnaz assure également que, contrairement à ce que dit la fin de l'article du Parisien, il n'a pas été contacté par le journaliste, et n'a donc pas décliné son invitation à répondre à ses questions: "C'est encore un mensonge".

Sur Twitter, où le youtubeur a aussi une communauté de fans importante (plus de 48.000 abonnés), des internautes ont souligné le caractère "louche" de l'article du Parisien, signé d'un certain Olivier Ajat.

Or, même s'il s'agit d'un pseudonyme, il n'y a sur Google aucune occurrence et aucun autre article signé par ce nom-là.

Et aussi:

#BalanceTonYoutubeur: Squeezie dénonce un scandale sexuel sur Twitter


Voir la version optimisée mobile de cet article