Sexisme chronique

Constance seins nus sur France Inter: elle dénonce les messages haineux (vidéo)

"Il y a une décomplexion de la menace, de l’obscurantisme, du machisme", a dénoncé Constance. - ©Capture d'écran YouTube

L'humoriste Constance, qui avait achevé sa chronique seins nus sur France Inter le 28 août, a depuis publié certains des messages haineux qu'elle a reçus. Une nouvelle occasion de dénoncer les "puritains moralisateurs".

Constance était seins nus sur France Inter lors de sa chronique du 28 août, et ce geste lui a valu un flot d'insultes via les réseaux sociaux. Des comportements qui au final servent les propos de l'humoriste qui dénonçaient dans cette chronique intitulée "Parlons balcon, parlons nichons", les réactions outrées ou perverses dès lors que les seins des femmes ne sont plus cachés.

"En France régulièrement, des scandale éclatent quand des femmes osent allaiter leur bébé dans un endroit public", et "se mettre seins nus sur une plage" fait passer "pour une gourgandine", a-t-elle dénoncé. Evoquant sa propre expérience dans les transports en commun et son "90 E", elle a raconté: "Je dois supporter les regards libidineux des pervers qui louchent sur mes nichons".

Pour dénoncer les "puritains moralisateurs", Constance a finalement décidé, tout en poursuivant sa chronique comme si de rien n'était, de retirer son haut et son soutien-gorge.

Elle a par la suite reçu de nombreux messages haineux ou graveleux sur Twitter, qu'elle a requalifiés en "messages d'amour", immortalisés et diffusés en prenant soin que les noms des auteurs apparaissent.

Interrogée par le magazine Respect sur ces insultes, elle a répondu: "Internet permet d’exister en tant qu’artiste, de s’exprimer en dehors du réseau classique des médias, mais à côté de ça, on est quand même très exposés directement à des gens qui sont protégés par leur ordinateur ou téléphone… et qui peuvent vraiment se lâcher. C’est terrible, car on se rend compte qu’il y a une décomplexion de la menace, de l’obscurantisme, du machisme".

Sur son compte Twitter, Constance a également remercié, cette fois sans ironie ceux qui lui ont apporté leur soutien.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr