C'était dans "France-Soir"

Décembre 1979, le lancement de la fusée Ariane (VIDEO)

La Une de "France-Soir" du 25 décembre 1979. - ©DR

C'est à la veille de Noël 1979 que l'Europe a fait son entrée dans le marché des lanceurs de satellites, avec le lancement réussi de la première fusée Ariane. Depuis, les Européens ont effectué plus de 230 lancements et sont leaders dans le monde.

"Ariane, c'est réussi!", titre France-Soir en première page de son édition du mardi 25 décembre 1979, célébrant en ce jour de Noël le succès du premier lancement de la fusée européenne.

La veille, à la troisième tentative, Ariane a décollé du pas de tir de Kourou, en Guyane française, peu après 18h (heure de Paris): "Conte (à rebours) de Noël réussi pour les techniciens responsables du lancement de la première fusée européenne: à 18 heures 14 minutes et 30 secondes (heure de Paris) très exactement, Ariane coupait les fils qui la reliaient à la terre", écrit le journal. "A Kourou, base de lancement installée en Guyane, tous les ingénieurs, d'un seul élan, se levaient devant leur pupitre pour applaudir".

cetait_dans_fs_ndeg40.jpeg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

La fusée européenne, un quart d'heure après son décollage, a satellisé à 200 kilomètres d'altitude une "charge utile" de 1.600 kilos –c'est-à-dire la partie prévue pour emporter le futur satellite, lors des vols commerciaux qui suivront.

Sur toute la hauteur de sa Une, à gauche, France-Soir étale le dessin de la fusée Ariane, détaillant ses trois étages et la charge utile. Cette petite merveille de 47 mètres de haut et de 210 tonnes est le fruit de six ans de travail de techniciens de 13 pays européens regroupés au sein de l'Agence spatiale européenne, sous l'impulsion du CNES (Centre national d'études spatiales) créé en 1961.

Après l'échec d'un premier programme de fusée européenne, lancé dans les années 60 et baptisé "Europa", c'est en 1973 que les pays européens, sous l'impulsion de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne, lancèrent le programme "Ariane".

La France accepta de financer ce projet à 60%, en exigeant d'être maître d'oeuvre de la construction des fusées, sous l'égide du CNES. La petite histoire raconte que c'est le ministre du Développement industriel et scientifique de l'époque, Jean Charbonnel, qui choisit de le baptiser "Ariane", du nom de la princesse de la mythologie grecque, sur une liste de propositions du CNES.

Cette date du 24 décembre 1979 marque donc le vrai point de départ de l'Europe dans la conquête spatiale, chasse gardée des Etats-Unis et de l'Union soviétique jusqu'alors.

Plusieurs versions d'Ariane seront développées dans les trois décennies suivantes par Arianespace, jusqu'à l'actuelle Ariane-5, lancée en 1997, deux à trois fois plus lourde et capable de mettre en orbite des satellites cinq fois plus lourds. Et une nouvelle étape a été franchie le 2 décembre 2014, avec le lancement officiel du programme Ariane-6, nouvelle version de la fusée prévue pour 2020. Avec comme objectif une réduction des coûts, face à la concurrence non seulement des Etats-Unis et des Russes, non seulement des pays émergents (Inde, Chine), mais aussi de compagnies privées comme la start-up californienne SpaceX.

(Voir ci-dessous, sur le site de l'INA, le lancement d'Ariane le 24 décembre 1979):

 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr