La plume contre les fusils

Des caricatures pour rendre hommage à "Charlie Hebdo" (DIAPORAMA)

Le mot du caricaturiste Plantu pour "Charlie Hebdo" - ©Plantu/Facebook

Depuis mercredi 7 et la tuerie survenue à "Charlie Hebdo", les dessinateurs de France et d'ailleurs témoignent de leur soutien envers les victimes et dénoncent la barbarie avec des dessins et des caricatures, spécialités du journal satirique.

Ce jeudi matin, toute la France était en émoi après l'assassinat de 12 personnes dans les locaux de Charlie Hebdo. Car au de-delà de la mort tragique des employés du journal satirique et de policiers assurant leur protection, c'est un symbole qui a été visé: celui de la liberté d'expression absolue au travers des dessins satiriques, souvent osés, parfois polémiques, mais jamais cruels de Charlie Hebdo.

Les dessinateurs et caricaturistes français et étrangers ont donc sorti leurs crayons pour rendre hommage à leur façon au magazine et notamment aux quatre membres emblématiques, Cabu, Wolinski, Charb et Tignous, tués dans cet attentat.

Mais aussi pour dénoncer avec humour, malgré les circonstances, l'obscurantisme et la bêtise, comme l'aurait fait Charlie Hebdo. Les dessins de Plantu, Philippe Geluck, Zep, Joep Bertrams, David Pope ou Stéphane Blanquet rappellent qu'il est possible de rire de tout, même de ce terrible drame. Des caricatures teintées d'humour noir, mais chacun sait que les membres du magazine ne leur en auraient pas tenu rigueur, bien au contraire.

De l'Australie à la Hollande en passant bien sûr par la France, c'est toute la famille des dessinateurs et de la presse qui a réagi. On notera la réaction du quotidien L'Equipe. Le journal ne commente pas d'habitude dans sa Une l'actualité autre que sportive, une règle à laquelle il a dérogé pour publier une caricature tragiquement drôle de Soulcié.

La plupart des journaux français avaient par ailleurs habillé ce jeudi leur Une, sur fond noir, des phrases "Je suis Charlie" ou "Nous sommes tous Charlie" , devenues symboles de soutien. Beaucoup de sites web d'information, dont FranceSoir, en ont fait autant.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article