Attendrissant

Des scientifiques découvrent une petite pieuvre pourpre toute mignonne (VIDEO)

Le 12 août dernier, les scientifiques de la mission d'exploration sous-marine "Nautilus" partageaient une vidéo attendrissante. - ©Capture d'écran YouTube

Une équipe de scientifiques qui explorait les fonds marins est tombée nez à nez avec une pieuvre des plus attendrissantes. Les images de cette créature aux allures de Pokémon ont été enregistrées par les membres de l’équipage du Nautilus.

Autant le dire tout de suite, non, il ne s'agit pas d'un énième Pokémon. Le 12 août dernier, les scientifiques de la mission d'exploration sous-marine "Nautilus" partageaient une vidéo attendrissante, celle de leur rencontre avec un étonnant céphalopode: le Rossia pacifica.

Dans le cadre de l’opération Exploration Trust, dirigée par Robert Ballard (ayant découvert l’épave du Titanic), un sous-marin opéré à distance a été envoyé aux larges des côtes de la Californie, à plus de 900 mètres de profondeur. Lors de la plongée, le sous-marin rencontre une créature étonnante. L'animal n'a semble-t-il pas bougé d'un tentacule à l'approche du robot. Mais quelques signes le trahissent pourtant. Au tout début de la vidéo, on peut observer la petite bête s'agiter avant qu'elle ne remarque l'étrange installation se dirigeant vers elle. 

"Regardez ses yeux, on dirait qu'ils ont été peints!", s'exclame une scientifique. "Il a l'air tellement faux!", s'amuse l'une de ses coéquipières. "On dirait un jouet que quelqu'un aurait laissé tombé!", renchérit un autre, la voix attendrie.

L'espèce Rossia pacifica, aussi appelée "calmar trapu", "qui ressemble à un croisement entre une pieuvre et le calmar, mais est plus étroitement liée à la seiche", peut-on lire sur Nautilus Live, le site Internet officiel de l'expédition.

Le calmar trapu repose généralement sur les fonds marins et se déplace grâce aux ondulations de ses ailettes ou en cas de danger par l'expulsion de l'eau de son manteau (muscle servant à propulser l'eau hors de son corps). S'il est dérangé par un prédateur il peut également propulser un épais nuage d'encre pour prendre la fuite.

(Voir ci-dessous la vidéo de l'observation d'un Rossia pacifica):


Voir la version optimisée mobile de cet article