Buzz

Jeux Olympiques: le skieur Gus Kenworthy fait sensation en embrassant son petit ami en direct (vidéo)

Gus Kenworthy, skieur américain, a embrassé son petit ami Matt devant les caméras après sa finale aux jeux Olympiques. - ©Capture d'écran Twitter

Gus Kenworthy, qui a échoué en finale de slopestyle aux jeux Olympiques dimanche à Pyeongchang, a fait le buzz en embrassant son petit ami Matt après l'épreuve.

Ce n'était pas calculé. Le skieur freestyle américain Gus Kenworthy, médaillé d'argent en slopestyle aux jeux Olympiques de Sotchi il y a quatre ans, a fait sensation dimanche 18 après la finale de cette même épreuve (il a cependant fini 12e cette fois-ci).

Sa performance n'a pas été brillante (il faut dire qu'il avait des circonstances atténuantes puisqu'il s'est cassé le pouce trois jours avant). Ce qui a fait le buzz, c'est ce qu'il s'est passé après. Il a rejoint ses proches en bord de piste et son petit ami Matt est venu l'embrasser. Un moment attendrissant qui a été capté par une caméra de la chaîne américaine NBC.

Gus Kenworthy n'a même pas remarqué qu'il était filmé. C'est en rentrant dans sa chambre d'hôtel qu'il a remarqué l'emballement que ce moment intime avait provoqué sur les réseaux sociaux.

Lire aussi: Jeux Olympiques de Pyeongchang - quand le sein de Gabriella Papadakis provoque la polémique

L'athlète a reçu des milliers de message de soutien de la part d'autres sportifs et d'anonymes du monde entier. Le patineur américain, ami de Gus Kenworthy, lui-même homosexuel, a été très ému par cette image. "Je viens juste de m'entendre murmurer +c'était magnifique+", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Gus Kenworthy a aussi réagi au buzz sur les réseaux sociaux ce lundi 19. "Je n'ai pas réalisé que ce moment était filmé hier mais je suis si heureux que ça l'ait été. Jamais dans mon enfance je n'aurais osé rêver voir deux hommes s'embrasser à la télévision aux jeux Olympiques. Pour la première fois, un enfant a pu voir ça", a-t-il écrit.

Tous les messages d'amour et de soutien ont éclipsé ceux de haine et d'homophobie.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr