Blague sur Hanouna

Les Guignols: leur émission d'adieu censurée (vidéo)

L'émission d'adieu des "Guignols" a vu une plaisanterie, pourtant guère sulfureuse, coupée au montage. - Capture d'écran YouTube

"Les Guignols" (ex-"Guignols de l'info") ont diffusé leur dernière émission vendredi 22. Et même cette dernière ne s'est pas passée comme prévu pour les auteurs, une plaisanterie mordante sur Cyril Hanouna (et sur la stratégie de Vincent Bolloré) a été coupée au montage.

Rien n'aura décidément été épargné aux Guignols. L'émission humoristique a tiré sa révérence définitive vendredi 22, minée par ses audiences en chute libre depuis la reprise de Canal+ par Vincent Bolloré qui n'a jamais fait mystère de son hostilité au programme.

Et selon Puremedias, le programme satirique dont le milliardaire critiquait l'excès de dérision a connu pour sa dernière avant le clap de fin une ultime censure. Dans une saynète, les marionnettes de PPD et de Jacques Chirac viennent chercher leur solde de tout compte dans les bureaux de la "World Company" où ils sont traités avec mépris.

En partant, ils prennent un ascenseur diffusant une musique de fond. Les oreilles attentives reconnaîtront le titre diffusé: il s'agit de On va la pécho, la chanson de Cyril Hanouna pour soutenir l'équipe de France lors de la Coupe du monde.

Or, selon le média, la version du vendredi 22 n'est pas celle conçue initialement par les auteurs qui avaient prévu de faire entendre plus clairement la chanson, et de montrer un échange de regard dépité entre les deux marionnettes dans l'ascenseur.

Cyril Hanouna officie en effet sur C8, autre chaîne propriété du Groupe Canal+ (et donc de Vincent Bolloré) et son contrat particulièrement lucratif (sa société de production facture 50 millions d'euros pour Touche pas à mon poste et quelques programmes annexes) a été reconduit jusqu'en 2021.

Une manière de souligner de manière mordante la stratégie télévisuelle de Vincent Bolloré qui préfère "l'approche Hanouna" du divertissement plutôt que la satire politique. Mais cela ne leur a visiblement pas été autorisé avant l'extinction définitive des lumières.


Voir la version optimisée mobile de cet article