C'était dans "France-Soir"

Octobre 1978: l'élection de Jean-Paul II, premier pape polonais (VIDEO)

La Une du 18 octobre 1978. - ©DR

Le 16 octobre 1978, les cardinaux créaient la surprise en élisant le premier pape non italien depuis quatre siècles et demi. Le Polonais Karol Wojtyla, sous le nom de Jean-Paul II, contribuera ensuite à rajeunir l'image de l'Eglise pendant un quart de siècle.

"C'est un Polonais": par ce gros titre en première page, ce mercredi 18 octobre 1978, France-Soir résume la surprise du monde entier après l'élection du pape Jean-Paul II, premier pape polonais de l'Histoire.

"Pour la première fois depuis quatre siècles et demi, les cardinaux élisent un pape non italien", rappelle le quotidien, en précisant l'identité du nouveau successeur de Saint Pierre: "Le cardinal Karol Wojtyla, 58 ans, archevêque de Cracovie, est un pasteur, un théologien, un sportif...".

La surprise est d'autant plus grande que, un mois plus tôt, les mêmes cardinaux avaient été moins audacieux et moins originaux en élisant l'Italien Albino Luciani comme successeur de Paul VI décédé après 15 ans de règne (1963-1978). Le nouveau pape prit le nom de Jean-Paul Ier, en hommage à ses deux prédécesseurs Jean XXIII et Paul VI.

une-election-pape-jean-paul-ii-francesoir.jpeg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Mais le pontificat de Jean-Paul Ier ne durera que 33 jours: élu le 26 août, il décèdera dans la nuit du 28 septembre, officiellement d'un infarctus.

Le conclave se réunit donc à nouveau et, au troisième jour, le 16 octobre, après huit tours de scrutin, les cardinaux choisissent Karol Wojtyla qui, tout naturellement en hommage à son éphémère prédécesseur, choisit Jean-Paul II comme nom de pape.

"+Fantastique!+: au même moment à Rome et à Varsovie, des milliers d'hommes et de femmes ont eu le même mot: ils venaient d'apprendre que le cardinal Karol Wojtyla, archevêque de Cracovie, était devenu le pape Jean-Paul II", écrit France-Soir en première page. "Et il est vrai que l'événement dépasse, par sa portée, tout ce qu'on pouvait en attendre".

"Pour la première fois depuis 1522, l'Eglise sera dirigée par un pape non italien". Le précédent était Adrien VI, pape hollandais.

"Pour la première fois aussi –événement considérable– c'est un pape venu du monde communiste, de cette +Eglise du silence+, qui prendra place au Vatican", ajoute France-Soir. Deux ans plus tard, le mouvement Solidarité lancé par Lech Walesa ébranlera la Pologne et l'ensemble du bloc de l'Est.

Jean-Paul II effectuera son premier pèlerinage dans son pays natal en juin 1979 et rencontrera pour la première fois Lech Walesa à Rome en janvier 1981, le leader syndicaliste ayant été autorisé à se rendre en Italie, onze mois avant l'imposition de l'état d'urgence par le général Jaruzelski.

Ce pape polonais sera donc un espoir pour les populations des pays de l'Est, catholiques ou pas, mais aussi le symbole d'un rajeunissement de l'Eglise catholique tout au long des 26 ans et demi de son pontificat, le troisième plus long de l'histoire de la papauté (après Saint Pierre et Pie IX).

Jean Paul II est décédé le 2 avril 2005 à 84 ans, affaibli par la maladie pendant ses dernières années et victime d'un choc septique et d'une insuffisance cardiaque. Deux autres papes non italiens lui succèderont: le cardinal allemand Ratzinger (pape Benoît XVI), qui démissionnera en février 2013, et le cardinal argentin Bergoglio (pape François), élu le 13 mars.

A l'initiative de celui-ci, Jean-Paul II sera canonisé (en compagnie de Jean XXIII) le 27 avril 2014, après avoir été béatifié le 1er mai 2011.

(Voir ci-dessous, dans les archives de l'INA, le flash spécial de TF1 de Jean-Pierre Pernaut annonçant l'élection de Jean-Paul II):

 


Voir la version optimisée mobile de cet article