Echec

Stade 2: l'émission renvoie son humoriste... après une seule apparition

Yohann Metay ne sera apparu qu'une seule fois dans "Stade 2". - ©Capture d'écran YouTube

Dimanche, l'émission sportive "Stade 2" faisait sa rentrée en tentant un pari audacieux: proposer un sketch humoristique par un comédien professionnel. Après une seule émission, France 2 a mis fin à l'expérience.

Le choix était effectivement audacieux, il n'aura duré qu'une émission: France Televisions a annoncé que France 2 se passerait des services de Yohann Metay, un comédien qui tenait une chronique humoristique dans l'émission sportive Stade 2, rapporte le journal L'Equipe.

Le comédien était apparu dimanche sur le plateau de la première émission de la rentrée, pour un sketch modérément apprécié sur les réseaux sociaux. Il n'y aura pas de suite.

Yohann Metay avait connu un franc succès sur les planches lors de son spectacle La tragédie du dossard 512 prenant déjà pour thème de base le sport (la course en l'occurrence). Stade 2 a donc tenté le pari osé de proposer à l'artiste de tenir dans l'émission une pastille humoristique de deux minutes. L'acteur a proposé dimanche 2 un petit sketch sur l'US Open qui s'est soldé visiblement par un échec. Les réactions sur Twitter ont pointé du doigt au mieux un contenu en décalage avec ce qui est attendu d'un magazine d'information, au pire un sketch pas drôle voire ringard.

Voir aussi: Electrochoc à Europe 1, France 2 au "soleil", Courbet sur M6: les médias font leur rentrée

"Quels que soient les qualités et le talent de comédien de Yoann, nous avons considéré que l'exercice était trop difficile à mener chaque semaine pour être à la hauteur de nos ambitions" a laconiquement confirmé au quotidien sportif le directeur de la rédaction des sports du groupe télévisuel public. Stade 2 n'a d'ailleurs réuni que 525.000 téléspectateurs pour sa rentrée soit une part famélique de 5,6% d'audience.

Diffusé pour la première fois en 1975, Stade 2 est l'une des plus anciennes émissions de la télévision française malgré sa perte de vitesse face à la concurrence de l'offre d'information sportive.  


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr