Sébastien Farran

Héritage de Johnny Hallyday: son manager défend Laeticia, victime d'une "chasse aux sorcières"

Sébastien Farran, le manager de Johnny Hallyday, estime que Laeticia est victime d'une "chasse aux sorcières". - © Yoan VALAT / POOL/AFP/Archives

Sébastien Farran, le manager de Johnny Hallyday, a pris la défense de Laeticia, devenue l’unique bénéficiaire de l’ensemble du patrimoine et des droits artistiques de Johnny. Dans une interview au "JDD", il dénonce une "chasse aux sorcières".

Sébastien Farran, manager et ami proche de Johnny Hallyday, a livré une longue interview au JDD où il a pris la défense de Laeticia Hallyday alors que la famille du chanteur se déchire actuellement autour de son héritage, aussi bien financier qu'artistique.

Bien qu'il affirme ne pas vouloir "régler de comptes", le manager souhaite réhabiliter dont l'image a été écorné depuis le décès de son époux. "Elle subit une campagne calomnieuse orchestrée pour démolir son image, sa réputation, et celle de son mari. On la présente presque comme une sorcière!", explique-t-il dans le colonnes de l'hebdomadaire. Et d'ajouter: "Elle ne l’a pas vu venir, elle qui a toujours tout fait pour réunir les uns et les autres. (...) Cette chasse à l’homme – ou plutôt à la femme – me dérange. Cette femme, cette mère, la Laeticia que l’on décrit n’est pas celle que je connais".

Lire aussi - Testament de Johnny Hallyday: Dominique Besnehard prend à son tour la défense de Laura Smet

Surtout, Sébastien Farran souhaite témoigner de ce qu'il a vécu auprès du couple star. "J’ai passé sept ans avec Johnny et Laeticia. Ce que j’ai connu avec eux a été vraiment intense sur le plan professionnel, comme à titre personnel. Auprès d’eux, je n’ai pas vu les tensions, les affrontements dont on parle aujourd’hui; j’ai senti de l’amour, de la douceur, de la transmission", souligne-t-il aujourd'hui.

Au sujet de la relation entre le rockeur et ses aînés, Sébastien Farran met les pieds dans le plat: "pour lui, David et Laura s’en étaient sortis. Ils avaient de quoi vivre bien", avant de tacler "et il savait que son nom n’y était pas pour rien".

Voir également - Droit de regard sur l'album de Johnny: "C'est mon père, c'est normal" estime David Hallyday

Et de poursuivre sur le sujet: "David et Laura, en sept ans, je les ai très peu vus. Pourtant ils étaient invités à Saint-Barth, ou à L.A. pour Noël, mais ils ne venaient pas. On les voyait parfois aux concerts à Paris. J’en ai parlé – un peu – avec Johnny, mais je sentais que c’était compliqué."

Au sujet de l’album posthume sur lequel Laura Smet et David Hallyday réclament un droit de regard, afin de pouvoir, entre autres, "confirmer le respect de l’intégrité artistique de l’entier contenu de cet album", le manageur du chanteur a assuré que "Johnny s’en est occupé jusque dans les détails". Maxime Nucci, chargé de la réalisation du dernier album de l’artiste décédé d’un cancer en décembre, "a scrupuleusement respecté l’ensemble des volontés artistiques de Johnny pour en faire un véritable album de rock’n’roll", assure-t-il.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr