Pour un clip sensuel

"Incitation à la débauche": une chanteuse égyptienne condamnée à 2 ans de prison (vidéo)

Shyma a été condamnée à deux ans de prison pour incitation à la débauche. - ©Capture d'écran YouTube

La chanteuse égyptienne Shyma a été condamnée à deux ans de prison pour l'incitation à la débauche, en plus elle devra verser une amende de l'équivalent de 480 euros. Elle avait été arrêtée en novembre dernier après une apparition très sensuelle dans l'un de ses clips vidéo.

Shyma, une chanteuse égyptienne, a été condamnée à deux ans de prison et l'équivalent de 480 euros d'amende par la justice de son pays. Elle a été jugée coupable d'incitation à la débauche. Elle a été arrêtée en novembre dernier après son apparition très sexy dans l'un de ses clips vidéos.

Pour sa chanson Andy Zoroof ("J'ai des problèmes", en français), la jeune femme de 21 ans multipliait les poses langoureuses et n'hésitait pas à jouer avec les bretelles de son soutien gorge.

A voir aussi: Arabie saoudite: la jeune femme qui s'était promenée en minijupe a été arrêtée et risque la prison

Munie d'une banane, elle mimait aussi une fellation. Au début du clip musical, elle léchait également une pomme. Ce sont tout ces agissements très sensuels qui lui ont valu une arrestation, puis une condamnation comme l'a relaté L'Express ce mercredi.

Elle avait été très vivement critiquée pour le spot de trois minutes trente dans son pays. Dans ses colonnes, le journal égyptien Youm7 avait notamment publié: "la chanteuse Shyma donne une leçon de dépravation aux jeunes".

Au début du mois de décembre, la jolie brune avait présenté ses excuses à ses fans et à "tout ceux qui ont été dérangés par le clip et l'ont considéré comme indécent" sur son compte Facebook. Elle avait alors expliqué, par le biais de l'administrateur de sa page, qu'elle ne s'était pas "imaginée que tout cela allait arriver" et qu'elle aurait "fait l'objet d'une attaque aussi virulente de la part de tout le monde".

Le réalisateur de son clip, Mohammed Gamal, a lui aussi écopé de la même peine qu'elle. Les deux accusés pourront faire appel de la décision du tribunal du Caire.


Voir la version optimisée mobile de cet article