Football

Julien Clerc et sa fille ont été agressés au Parc des Princes

Julien Clerc et sa fille ont été victimes d'une agression au Parc des Princes. - © LOIC VENANCE / AFP/Archives

Julien Clerc s'est confié sur sa passion pour le football au journal "L'Equipe". L'occasion pour le chanteur de révéler qu'il a été victime d'une agression avec sa fille au Parc des Princes.

On ne lui connaissait pas cette passion. Julien Clerc est un amateur de football depuis longtemps. Il a confié au journal L'Equipe qu'il se rendait souvent au Parc des Princes à Paris pour regarder des matchs. Enfin, jusqu'à l'arrivée des investisseurs qataris au PSG et jusqu'au jour où ça a failli mal tourner.

"En fait, avant l'arrivée des Qatariens (soit en 2011, NDLR) l'atmosphère était irrespirable et on s'est fait agresser une fois avec ma fille. Je m'étais dit: «Ben si c'est ça le football, ça ne vaut pas le coup… »", a-t-il raconté dans un entretien au quotidien sportif. Il avait pourtant bien pris la précaution de quitter le stade avant le coup de sifflet final pour éviter la cohue et les débordements récurrents entre supporters des différentes tribunes en cette période trouble pour le PSG.

Un épisode douloureux que le chanteur a choisi de ne pas approfondir et qui semble lui avoir coupé l'envie de fréquenter l'enceinte parisienne. "Je n'y suis pas retourné depuis, même si je sais que l'ambiance a changé", a-t-il déploré. Et pourtant, il ne manque pas d'invitations: "Nico­­las Sarkozy me dit tout le temps: «Quand tu veux, on va au Parc ensemble, je t'emmène». Visiblement en vain.

Lire aussi - Julien Clerc ravive sa flamme romanesque pour ses 50 ans de carrière

C'est finalement à Londres, où il réside désormais, que le chanteur a retrouvé le chemin du stade. "J'aime l'ambiance très musi­­cale avant les matchs, les chants, le public qui applau­­dit sur une action défen­­sive de son équipe, le fait que les enfants peuvent venir avec leurs grands-parents…", a-t-il confié.

Julien Clerc célèbre ses 50 ans de carrière, avec A nos amours, un 24e album entraînant et radieux dans lequel il renoue avec la veine lyrique, voire grandiloquente qui a marqué ses débuts, de la fin des années 60 à la fin des années 70.

Et si la jeunesse éternelle avait choisi Julien Clerc pour cobaye? Avec ses cheveux légèrement poivre et sel, son sourire pleines dents et ses pattes-d'oie naissantes, difficile de croire que l'interprète de Ma préférence, Ce n'est rien et Fais moi une place, a fêté ses 70 ans en 2017.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article