Intempéries et impatience

"La Pluie" (Orelsan): le clip qui marque le retour de Stromae? (vidéo)

Orelsan et Stromae dansent sur "La Pluie". - ©Capture d'écran

Le clip de "La Pluie", collaboration entre Orelsan et Stromae, a été dévoilé ce mercredi. Extrait de l'album du rappeur normand, le morceau est pourtant surtout l'occasion de revoir à l'œuvre la star belge dont les fans espèrent le retour après plus de deux ans en retrait de la scène.

Hypermarché de province, arrêt de bus bondé et ciel gris. Le clip de La Pluie dévoilé ce mercredi 11 est typique de l'univers d'Orelsan, le rappeur star qui revendique ses origines normande, de "cette France où on danse la chenille" et de cette "classe moyenne moyennement classe". Toujours aussi habile avec cette discipline, il livre une vidéo dont le style à la fois décalé et apathique fera sans doute mouche.

Mais certainement pas autant que la présence de Stromae, certes attendue, le Belge interprétant le refrain. Car avec la diffusion du clip, les rumeurs et espoirs d'un retour sur scène de la star sont forcément relancés. Ils l'avaient déjà été lorsque l'auteur de Racine Carrée était venu pousser la chansonnette avec Orelsan lors de son passage à Bruxelles.

Voir: Stromae fait son retour sur scène avec Orelsan (vidéo)

Stromae est particulièrement discret depuis la fin chaotique de sa longue et éprouvante tournée en 2015, se contentant de travailler avec différents artistes sans se mettre en avant. Il avait notamment subi de graves effets secondaires physiques et psychiatriques de son traitement anti-paludisme et avait fait part de son intention de se mettre en retrait de la scène.

"J'avais besoin d'enlever toute cette pression qu'amène le succès (...) J'avais fait 200 concerts en deux ans, ce qui était un nombre insensé. C'était une superbe expérience mais (...) c'est allé trop vite", avait-il expliqué dimanche 8 sur France 2, ajoutant qu'il comptait bien revenir.

Lire aussi: La créativité "est toujours là", rassure Stromae

La scène, "je reconnais que c'est quelque chose dont je ne pourrai pas me passer. Par contre, la façon dont j'envisagerai la suite (...) ce sera à un rythme beaucoup plus sain et reposé", prévient-il.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article