Salut l'artiste

Mort de Manitas de Plata: un géant du flamenco s'en va

Manitas de Platas en 2007. - ©Ginies/Sipa

Le monde de la musique gitane, et particulièrement de la guitare manouche, est en deuil aujourd'hui après l'annonce du décès de Manitas de Plata ("petites mains d'argent" ou "doigts de fée" en français) à 93 ans dans la nuit du mercredi 5.

Né, comme George Brassens avec qui il deviendra ami plus tard, à Sète en 1921, Ricardo Balardo de son vrai nom est un autodidacte de la musique. N'ayant jamais appris le solfège, il ne connaît qu'un seul apprentissage: jouer avec ses amis, lors des pèlerinages de Saintes-Maries-de-la-Mer. Modeste, il n'accepte de se produire professionnellement sur une scène que dix ans après la mort de son seul maître, le virtuose de la musique gitane Django Reinhardt.

En mars 1964, un soir de corrida à Arles, Pablo Picasso, après l’avoir entendu jouer, s’écrie : "il vaut plus cher que moi!". C'était également un ami de Salvador Dalí, qui ressemblait au père de Manitas, et dira de lui, "À chaque fois que Manitas joue, les pompiers prennent feu".

Tout au long de sa carrière, Manita sortira 80 albums qui s'écouleront à 93 millions d'exemplaires dans le monde. Il jouera sur les plus grandes scènes comme le Carnegie Hall à New-York "mon meilleur souvenir", a-t-il toujours affirmé. Il a aussi illuminé le Royal Albert Hall de Londres. "Il y avait eu quatre fois sept mille personnes", s'amusait-il.

Hommage unanime

L'annonce de sa mort a beaucoup ému. Les réactions et les hommages n'ont pas tardé à se diffuser sur les réseaux sociaux. Kendji Girac, chanteur gitan de 18 ans, dernier vainqueur de The Voice, a également réagi à la disparition de Manitas de Plata: "Il était redoutable, peu de gens étaient capables de jouer comme lui, c'était le son de la Camargue. Sa musique, je l'ai toujours écoutée, depuis tout petit, j'ai appris sur ces musiques-là, pour moi c'était le roi de la guitare chez les gitans. Quand il prenait la guitare, ses doigts, on ne les voyait pas!".  

La ministre de la Justice, Christiane Taubira, y est également allée de son tweet, "Manitas de Plata, avec Django Reinhardt, l'un de mes premiers voyages musicaux au sud du Nord, depuis mon sud amazonien. Loin et là".

Le maire de Montpellier Philippe Saurel a déclaré qu'"avec la disparition de Manitas de Plata, c’est une légende vivante de la guitare et du flamenco qui vient de nous quitter. Aujourd’hui, le peuple gitan, pour lequel il était un guide, et le nombreux public qui a jalonné sa longue carrière sont orphelins. Je m’associe à leur peine". 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr