Fitna

Syrie - A Idlib, les assassinats ciblés de l'Etat islamique contre les djihadistes rivaux (3/4)

Les services de renseignement d'Hayat Tahrir al-Cham (Amniyat) purge la province d'Idlib des cellules pro-Etat islamique - ©DR

En riposte aux opérations pour démanteler les cellules pro-Etat islamique menées par les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham, l’organisation terroriste multiplie les attentats et les assassinats. En exclusivité pour France-Soir, Matteo Puxton, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit syrien, poursuit son récit des affrontements entre les deux groupes djihadistes.

Partie 1 > Exclusif - Syrie: la guerre des ombres entre les groupes djihadistes à Idlib (1/4)

Partie 2 > Syrie - A Idlib, la traque des djihadistes de l'Etat islamique par ceux d'Hayat Tahrir al-Cham (2/4)

Début juillet 2018, alors que l'Amniyat (service de renseignements) d'Hayat Tahrir al-Cham (HTC) continue ses opérations pour démanteler les cellules pro-Etat islamique, la propagande de l'organisation djihadiste va enfin revendiquer officiellement les attaques commises en son nom contre HTC, et d'autres groupes, dans l'enclave d'Idlib et des alentours.

Le 4 juillet 2018, l'agence médiatique Ebaa News du groupe Hayat Tahrir al-Cham diffuse une vidéo d'une durée de 1 minute 25 secondes intitulée "Aperçu de l'opération de l'amniyat d'Hayat Tahrir al-Cham durant les raids contre les gangs de Baghdadi à Sarmin".

L'Amniyat continue de mener une opération contre les cellules pro-Etat islamique à Sarmin et ses environs. Le 1er juillet, Ebaa News avait diffusé des photos du butin récupéré sur ces groupuscules à Sarmin: boîtes de munitions, explosifs improvisés, liasses de dollars. Le 3 juillet, un autre reportage photo montre des tenues orange destinées aux condamnés exécutés, de nombreuses batteries électriques et un prisonnier capturé à Sarmin. Le 4 juillet, un troisième reportage photo montre de nouveau une personne soupçonnée d'appartenir aux cellules proche de l'EI et arrêtée à Sarmin.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-1-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Dans la vidéo, les membres de l'Amniyat consultent une carte satellite imprimée, sur laquelle on voit le chef pointer un secteur près d'un cimetière et d'une école au sud-ouest de Sarmin (cf carte ci-dessus). Le chef s'adresse ensuite à une douzaine d'hommes répartis en deux colonnes, armés de fusils d'assaut AK et munis de radios. Les hommes de l'Amniyat sont transportés sur place dans des vans blancs. L'un des combattants débarqués porte un RPG monocoup en plus de son fusil d'assaut. Ce sont au moins une vingtaine d'hommes qui sont déployés dans le quartier. L'un d'entre eux manipule un pistolet en plus de son fusil d'assaut. Abou Khaled al-Idlibi, un combattant d'HTC, présente les tenues oranges attribuées aux prisonniers qui vont être exécutés, et qui ont été prises, ainsi que les batteries électriques et de nombreux téléphones portables, images vues dans le reportage photo du 3 juillet.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-2-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Une escouade de l'amniyat d'HTC alignée pour recevoir les ordres avant l'opération à Sarmin.

Les opérations menées par l'Amniyat n'empêchent pas les attaques de se poursuivre dans la zone tenue par HTC ou dans les secteurs rebelles voisins. Le 1er juillet, un IED (engin explosif improvié) est désamorcé près de l'hôpital d'ad-Dana. Dans la même ville, un homme est poignardé, et blessé, par plusieurs agresseurs inconnus.

Le 2 juillet, un homme est assassiné sur la route Atmeh-Aqrabat dans la province d'Idlib. Cinq personnes sont tuées et deux sont blessées par l'explosion d'un IED sur une route près d'Ariha. Un homme de 70 ans est tué par balles en plein cœur de la ville d'Idlib, de même qu'une autre personne. Le 3 juillet, trois IED sont désamorcés autour d'ad-Dana. Le 4 juillet, à l'ouest d'Alep, des assaillants tentent d'assassiner un capitaine d'artillerie de Jabhat Tahrir Souriya à l'ouest d'Alep (à Arada). Un checkpoint qui protège la ville d'Atarib, géré par une administration locale, est attaqué le même jour au lance-roquettes russe thermobarique RPO-A Shmel, faisant un blessé.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-3-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Début juillet, l'Etat islamique relaie enfin, sur ses canaux officiels, les attaques commises par ses cellules clandestines qui se sont multipliées. Le 6 juillet, un premier communiqué de l'organisation djihadiste revendique l'explosion d'un IED contre un véhicule près d'Hazra, au nord d'al-Dana. Un second communiqué revendique le meurtre de trois membres d'Hayat Tahrir al-Cham près de Saraqib, lors de l'attaque d'un checkpoint. L'agence Amaq diffuse le même jour une courte vidéo de l'attaque à l'IED près d'Hazra. Le 7 juillet, un autre communiqué annonce l'explosion d'un IED sur la route Armanaz-Kafr Takharim, qui aurait tué un membre d'HTC et en aurait blessé plusieurs autres. Un reportage photo montre l'explosion d'un IED sur un véhicule circulant sur la route Ariha-Idlib.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-4-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Communiqué de l'EI du 6 juillet revendiquant l'assassinat de 3 combattants d'HTC à un checkpoint de Saraqib.

Le 8 juillet, un nouveau communiqué annonce la mort de deux hommes ciblés avec leur véhicule par un engin piégé à Tal al-Karama, près d'al-Dana. Un autre véhicule aurait été pris pour cible sur la route entre al-Dana et al-Atarib. Un dirigeant d'Hayat Tahrir al-Cham, Abou Khattab Saraqib, aurait été tué par l'explosion d'un IED contre son véhicule sur la route Jisr al-Shoughour/Darkoush. Enfin, le 9 juillet, l'Etat islamique revendique la mort de 10 membres des "forces d'élite" d'HTC attaquées au sud de la province d'Alep, dans le secteur d'Ay Karda. A noter que l'organisation djihadiste emploie le terme wilayat Idlib mais ne fait pas de même pour la province d'Alep -où il a pourtant eu une province jusqu'à l'an passé, la wilayat Halab.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-5-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Attaque à l'IED sur la route Ariha-Idlib. On note la mention "wilayat Idlib" en bas à droite.

Il est très probable que cette campagne effrénée d'attaques ciblées commencées à partir du 6 juillet soit une réplique aux opérations menées par l'Amniyat (renseignements) d'Hayat Tahrir al-Cham. L'Etat islamique cherche à montrer qu'en dépit des efforts de ce dernier, il a été capable de reconstituer un réseau efficace dans la poche rebelle/djihadiste d'Idlib et de l'ouest d'Alep. La carte des attaques semble montrer que les cellules pro-EI opèrent à partir du territoire contrôlé par HTC à Idlib, Alep et Lattaquié.

hayat-tahrir-al-acham-vs-etat-islamique-illustration-6-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Lire aussi:

Syrie: les djihadistes d'Hayat Tahrir al-Cham mettent en scène leurs combats au nord d'Hama

Syrie: replié dans le désert, l'Etat islamique multiplie les offensives

Exclu- Syrie: les djihadistes français d'Omar Omsen concurrencent l'Etat islamique


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr