Stress

Résultat du bac: nos conseils pour gérer l'angoisse de l'attente

L'attente des résultats du bac peut être une période très stressante. - ©Charly Triballeau/AFP

Après une intense période d'examen pour les candidats du baccalauréat succède une attente stressante. Comme rien ne permettra d'avancer la date fatidique, mieux vaut adopter les bons comportements pour éviter que ce délai parfois difficile à vivre ne soit une période pénible sur le plan émotionnel. Pour France-Soir, le psychanalyste Rodolphe Oppenheimer livre ses conseils.

Après la période intense des préparations pour le bac, les élèves ont finalement passé les examens en juin. Mais le stress est loin d’être terminé puisqu’ils doivent maintenant attendre les résultats prévus le 6 juillet. Un délai qui peut sembler interminable et engendrer différentes émotions. Comment donc faire pour bien passer cette période stressante et anxiogène?

> Pourquoi les résultats du bac sont-ils stressants?

Afin de connaître les bonnes astuces pour limiter l’angoisse relative aux résultats du bac, il serait utile de comprendre ce qui inquiète vraiment les élèves. Or selon le niveau de compétence du candidat, ses ambitions et les attentes de son entourage, les raisons peuvent varier.

Beaucoup ont peur de ne pas décrocher leur bac. C’est le cas en particulier pour ceux qui sont classés dans les derniers de leur classe. Pour les élèves mieux classés, c’est le fait de ne pas obtenir la mention souhaitée qu’ils craignent. La mention est devenue une sorte de barème pour les élèves du bac qui pourra avoir d’importantes conséquences sur leur avenir en leur permettant ou non d’accéder à une grande école supérieure ou une université réputée.

Lire aussi - Réforme du baccalauréat: donnez votre avis pour l'améliorer

Quelle que soit la raison de l’angoisse d’un jeune, l’obtention du bac est pour lui un moment décisif, un rite initiatique qui le mène du monde des enfants à celui des adultes.

> Comment gérer son angoisse dans l’attente des résultats du bac?

Pour diminuer les facteurs de stress et gérer au mieux l’angoisse qui accompagne l’attente des résultats du bac, il y a plusieurs conseils à suivre qu’on peut résumer en quatre points: vérifier, anticiper, se distraire et dédramatiser.

Vérifier

Beaucoup d’élèves préfèrent ne pas vérifier les corrigés après un examen au risque de découvrir qu'ils se sont trompés. Mais consulter les corrigés après les examens du bac vous permettra de connaître vos bonnes et mauvaises réponses, et donc d’estimer votre note. Plusieurs sites publient des corrigés immédiatement après les épreuves et d’autres proposent même de corriger votre brouillon.

Anticiper

En vérifiant vos performances durant les examens, vous pouvez estimer votre note et ainsi anticiper d’éventuels rattrapages. Et même si vous ne consultez pas les corrigés, il est conseillé d’anticiper différentes situations. Vos chances de réussir sont grandes si vous avez bien travaillé (durant toute l’année et les examens), mais il y a possibilité que vous ayez un rattrapage ou que vous redoubliez si ce n’est pas le cas. Il vaut mieux reconnaître toutes les possibilités.

Dédramatiser

Anticiper un mauvais résultat peut devenir une source supplémentaire et puissante d’angoisse. C’est pourquoi il est important de dédramatiser. Si vous avez des rattrapages, vous avez encore une chance de réussir en vous préparant comme il le faut. Si vous redoublez, ce n’est pas la fin du monde. Voyez cela comme une deuxième chance pour travailler mieux durant l’année, mieux préparer vos examens, revoir vos ambitions et votre orientation après le bac.

Se distraire

S’enfermer chez soi ne peut qu’augmenter votre stress. Sortez avec vos amis, promenez-vous en pleine nature et faites des activités de loisirs pour vous distraire et vous changer les idées. Fêter la fin des examens peut également vous aider à relaxer, mais attention aux abus!

Enfin, il est important de garder une bonne hygiène de vie durant cette période pour limiter les facteurs de stress. Le rôle des parents n’est pas à négliger, ils doivent être source de confort et d’encouragement à leurs enfants et non de pression.

Cet article a été rédigé par Rodolphe Oppenheimer, psychanalyste libéral (http://www.psy-92.fr/). Ses deux derniers ouvrages, Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie! (Ed. Marie B) et Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle (Ed. Eyrolles) sont disponibles en librairie.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr