Au poil

Calvitie: la propolis, remède miracle contre la chute des cheveux

Un peu plus de 10 millions d'hommes seraient atteints de calvitie en France. - ©Nathanaël Carré/Flickr

Selon une étude publiée récemment par des chercheurs japonais, la propolis pourrait bien être le remède miracle contre la calvitie.

C'est le rêve de beaucoup d'hommes mûrs (ou pas): en finir avec la calvitie. Or, selon une étude publiée fin novembre par chercheurs japonais, une solution est peut-être désormais accessible.

D'après ces recherches, la résine végétale que les abeilles utilisent comme mortier pour renforcer et solidifier leurs nids a favorisé la repousse du pelage de souris de laboratoire. Et, toujours selon les scientifiques nippons, la propolis (le petit nom de cette résine) pourrait également avoir des propriétés antichute de cheveux pour les êtres humains.

L'équipe du docteur Ken Kobayaski s'est appuyée sur une précédente étude qui mettait déjà en exergue les propriétés anti-calvitie de la propolis. Celle-ci avait ainsi identifié que ce matériau utilisé par les abeilles favorisait la multiplication des cellules contribuant à la repousse du cheveu.

Les chercheurs ont donc rasé (à la cire ou au rasoir) les poils de souris de laboratoire pour comparer la repousse du pelage entre des sujets traités à la propolis et d'autres non. Or, selon leurs travaux, les rongeurs ayant reçu une application cutanée de la résine ont vu leurs poils repousser plus vite que les autres. De même, les sujets traités ont vu augmenter le nombre de leurs cellules liées à la pousse du poil (ou des cheveux).

Alors que les chutes de cheveux sont souvent causées par des inflammations cutanées, les scientifiques japonais ont constaté que la propolis contient des molécules luttant contre ces irritations du cuir chevelu.

Toutefois, d'autres expériences seront nécessaires pour confirmer les résultats obtenus par Ken Kobayaski et son équipe et confirmer les propriétés de la propolis, qui était déjà utilisée dans l'Antiquité pour traiter blessures, inflammations et tumeurs.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article