Antibiotique

Cancer de l'estomac: une bactérie à l'origine de la maladie dans 90% des cas

Une bactérie est la cause de 90% des cancers de l'estomac. - ©OJO/Rex Reatures/Sipa

Le cancer de l'estomac, redoutable car souvent diagnostiqué à un stade avancé, est causé majoritairement par une bactérie qui pourrait être éliminée par un traitement antibiotique. Mais la question du dépistage reste le point central pour améliorer la prise en charge.

Est-ce une avancée majeure dans la lutte contre le cancer? Selon une information rapportée par Le Figaro, une écrasante majorité des cancers de l'estomac –environ 90%– sont en réalité causés par une bactérie qui pourrait être éradiquée par un traitement antibiotique si elle est détectée à temps.

Le nom du microbe? L'helicobacter pylori (qui doit son nom à sa forme en hélice) qui s'acquiert dès l'enfance par contact oro-oral (transmis par les parents) et qui colonise l'organe année après année. Selon les chercheurs, la bactérie est présente chez 20% à 30% des Français et jusqu'à 80% en Afrique. Parmi les personnes infectées, entre 2% et 20% souffriront d'ulcère, et 1% environ développeront un cancer.

La bactérie met des décennies à développer un éventuel cancer, qui reste en outre favorisé par des facteurs identifiés depuis longtemps: la consommation excessive de sel ou de viande rouge et le tabagisme notamment.

Lire aussi - Les malades du cancer bientôt soignés sans chimiothérapie?

La bactérie, assure les chercheurs, peut être éradiquée par un traitement antibiotique de 10 à 14 jours si la présence de la bactérie est avérée dans l'organisme. La présence de l'agent pathogène ne peut être mise en évidence que par une endoscopie complétée par une biopsie.

Comme de nombreux cancers gastriques, le mauvais diagnostic du cancer de l'estomac provient principalement de son dépistage tardif, lorsque des symptômes se font ressentir. Le cancer de l'estomac est le cinquième plus fréquent à l'échelle mondiale et cause en France chaque année 4.500 décès pour 6.000 à 7.000 nouveaux cas déclarés.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr