Des résultats prometteurs

Dépression: les champignons hallucinogènes pour lutter contre la maladie

Les champignons hallucinogènes auraient des bienfaits insoupçonnées. - ©Capture d'écran YouTube

A en croire les résultats d'une nouvelle étude britannique, les champignons hallucinogènes auraient des vertus insoupçonnées. Ainsi, l'un de leurs principes actifs (la psilocybine) aiderait les personnes atteintes de dépression à relever la pente.

Connus pour leurs effets délirants, les champignons hallucinogènes pourraient être bons pour la santé. Ainsi, à en croire une nouvelle étude britannique dont les résultats ont été publiés le 13 octobre dernier dans la revue Nature, l'un de leurs principes actifs (la psilocybine) aiderait les personnes atteintes de dépression à relever la pente.

Pour parvenir à ce résultat, des chercheurs de l'Imperial College de Londres ont fait appel à 20 patients atteints par cette maladie, lesquels étaient résistants aux traitements traditionnels. Ils leur ont administré deux doses de 10 et 25 mg et leur ont fait faire une IRM avant et après la prise. Et les résultats ont parlé d'eux-mêmes: les scientifiques ont remarqué que l'humeur de leurs patients s'était améliorée et que leur stress avait diminué jusqu'à cinq semaines après leur traitement. De leurs côtés, les IRM ont révélé que leur flux sanguin était moins important dans certaines zones du cerveau comme l'amygdale, impliquée dans les réactions émotionnelles, le stress et la peur.

"Nous avons montré des changements clairs dans l’activité cérébrale de patients traités à la psilocybine", a expliqué au Gardian le docteur Robin Carhart-Harris qui a dirigé l'étude. Et d'ajouter: "plusieurs d’entre-eux ont décrit s’être senti +redémarrer+ après le traitement et ont souvent utilisé des analogies informatiques. Par exemple, l’un d’entre eux a dit ressentir l’impression que son cerveau avait été +défragmenté+ comme un disque dur et un autre +réinitialisé+". Pour lui, la psilocybine pourrait jouer le rôle de "coup de pouce temporaire" pour sortir les patients malades de leur état dépressif.

Toutefois, ces résultats sont à prendre avec des pincettes, notamment en raison du faible échantillon sur lequel la psilocybine a été testée. En parallèle, les chercheurs ont mis en garde contre l'automédication. Pour rappel, selon le site Drogue-info-service, les risques liés à la consommation de champignons hallucinogènes sont essentiellement dus au surdosage et aux effets psychiques et psychiatriques. Une ingestion massive de champignons peut entraîner de graves complications (convulsions) évoluant jusqu’au décès, mais cela reste très rare. 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr