Maladie

Elle perd ses ongles de pieds après une séance de "fish pedicure"

Une femme a perdu les ongles de ses pieds après une séance de fish pedicure. - ©Eric Molina/Flickr

Une revue médicale américaine a rapporté le cas d'une patiente atteinte d'onychomadèse aux pieds, soit une perte de ses ongles. La cause semble être une séance de "fish pedicure", une pratique qui n'est pas sans risque.

La pratique est à la mode mais elle n'est visiblement pas sans danger. Mardi 3, la revue médicale JAMA Dermatology a publié le cas d'une femme ayant consulté des dermatologues se plaignant de la perte de ses ongles de pieds. Après examen, c'est la pratique d'une fish pedicure qui serait à l'origine de la pathologie.

La "fish pedicure" consiste à se rendre dans un salon de beauté et de plonger ses pieds dans un bassin rempli de petits poissons, des garra rufa, qui se nourrissent des peaux mortes en appliquant leurs bouches dépourvues de dents garantissant en outre un traitement sans douleur.

Plusieurs scientifiques ont déjà alerté sur les risques de la pratique. Il est en effet impossible de désinfecter constamment le bassin où se trouvent les poissons qui risqueraient de mourir, ce qui risque de transformer certaines en "bouillon de culture".

Lire aussi: Un ordinateur meilleur que les dermatologues pour repérer les cancers

Or, si les poissons sont effectivement inoffensifs en soi, leur succion peut générer des micro-plaies, indolores certes, mais qui sont autant de portes d'entrée pour des germes et des infections.

Selon le médecin qui a rédigé l'article dans la revue médicale, c'est par ce biais que la patiente a été atteinte d'onychomadèse, la chute de ses ongles. Ce serait le premier cas médicalement documenté d'une transmission de cette maladie via une fish pedicure.

Dès 2013, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) avait tiré la sonnette d'alarme en estimant que certains profils étaient à risques, à savoir les diabétiques, les immunodéprimés et les personnes atteintes de lésions cutanées.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr