Mauvaises surprises

Soldes d'été 2018 - dates, remboursements, arnaques: les règles à connaître

Plusieurs règles sont à respecter pendant les soldes pour les commerçants. - © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Les soldes d'été 2018 sont l'occasion de faire de bonnes affaires, mais aussi de certaines dérives. Quelques règles sont à connaître pour éviter les mauvaises surprises.

Les soldes d'été 2018 ont débuté ce mercredi 27 juin dans la majorité des départements français. Il s'agit des dernières qui dureront six semaines. La réduction de la durée interviendra pour les soldes d'hiver 2019.

Ils seront nombreux à se laisser tenter. Il faut toutefois rappeler que les soldes sont très réglementés et que les consommateurs ont des droits même lorsqu'ils achètent en promotion.

Ainsi, les dates des soldes sont déterminées par avance car c'est le seul moment de l'année au cours duquel les enseignes sont autorisées à vendre à perte.

Lire aussi: Soldes d'été 2018 - les dates de début et de fin par département

Si certains exploitent l'engouement en proposant des opérations promotionnelles (ventes privées notamment) quelques semaines avant ou après, ils n'ont pas le droit de les présenter comme des soldes. Une étiquette affichant un taux de réduction ne signifie donc pas forcément qu'il s'agit d'un article soldé.

De même, "la distinction entre les articles soldés et non soldés doit clairement apparaître aux yeux des consommateurs dans le point de vente", précise la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes). Hors de question donc de mélanger nouvelle et ancienne collection.

Certains articles soldés sont affichés "ni repris ni échangés". Les enseignes sont libres d'avoir une politique différente pour ces produits, mais dans une certaine limite. Il est en effet interdit de refuser un retour s'il s'agit de défauts de fabrication non apparents ou de ne pas assurer le même service après-vente. "En cas de vice caché, le vendeur est tenu de remplacer l'article ou de le rembourser. S'il n'y a pas de vice caché, le commerçant n'est pas tenu juridiquement de procéder à l’échange ou au remboursement, mais il peut le faire à titre purement commercial", explique la DGCCRF.

La répression des fraudes dénonce également régulièrement les dérives consistant à annoncer d'importants rabais alors que peu de produits sont en réalité soldés. En théorie, les publicités doivent refléter la réalité des offres.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr