Vigilance

Gastro-entérite: les prémices de l'épidémie sont là, la grippe est encore loin

Le taux d'incidence des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 100 cas pour 100.000 habitants. - ©Inpes

L'observation des symptômes de la gastro-entérite fin octobre montre que la France est encore sous le seuil épidémique, avec toutefois des pics dans certaines régions. Les cas de grippes, eux, restent encore très rares.

Le froid a fait son grand retour cette semaine sur une bonne partie de la France, annonçant l'hiver et les maladies qui l'accompagnent. Il n'est pas encore question d'épidémie, mais les premiers signes de l'arrivée de la gastro-entérite se font sentir, selon les données du Réseau Sentinelle.

Son rapport pour la semaine du 23 au 29 octobre dernier montrent ainsi un nombre de consultations pour diarrhée aigüe, indicateurs du développement de la gastro-entérite, qui a a atteint un niveau "faible à modérer".

"Le taux d'incidence des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 100 cas pour 100.000 habitants", fait savoir le Réseau Sentinelle. Un niveau qui reste assez nettement sous le seuil épidémique, fixé pour cette période de l'année à 159 cas pour 100.000 habitants.

Toutefois, on note en observant la carte de France du taux d'incidence de très grande disparité selon les régions. Le quart nord-est est ainsi nettement plus touché avec parfois plus de 300 consultations pour 100.000 habitants, en Picardie ou en Champagne-Ardenne. Le littoral de la région Paca est également particulièrement concerné.

Afin d'éviter d'être contaminé, l'InVS rappelle que "les mains constituent le vecteur le plus important de la transmission des virus entériques et, de ce fait, l’hygiène des mains est primordiale (eau et savon, ou produit hydro-alcoolique)". Quant à ceux qui sont déjà touchés, "la meilleure prévention des complications de la diarrhée aiguë est la réhydratation précoce à l'aide des solutés de réhydratation orale".

Quant à la grippe, elle semble encore assez loin "aucune activité épidémique n’a été détectée", avec un taux de consultations pour ses symptômes de seulement 12 pour 100.000 habitants. 


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr