Carapace

Alerte rouge aux pollens: comment se protéger? (vidéo)

Le RNSA a signalé que 13 départements étaient en alerte rouge pour les pollens allergisants jusqu'à vendredi (au moins). - © PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives

Treize départements sont en alerte rouge à cause de la présence de pollens allergisants dans l'air, et ce jusqu'à vendredi. Bouleau et cupressacées sont les principaux responsables des nez, yeux et gorges irrités. Il existe plusieurs moyens ou méthodes pour se protéger de ces symptômes.

Alerte rouge. Avec les beaux jours de retour et des températures plus printanières ne viennent pas que les avantages. Les personnes sensibles aux pollens peuvent en témoigner. Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a signalé lundi 9 que 13 départements étaient placés en alerte rouge (risque très élevé) à cause des pollens de bouleau ou d'arbres de la famille des cupressacées (comme les cyprès).

Paris, l'Oise, la Seine-et-Marne, l'Eure-et-Loir, le Cher, l'Indre, le Bas-Rhin, le Rhône, la Lozère, l'Aveyron, le Tarn, l'Hérault et le Vaucluse sont les départements concernés par l'alerte rouge.

Ajouté à cela, sept départements sont en alerte orange (risque élevé) pour les mêmes types de pollens: le Maine-et-Loire, la Vendée, le Var, les Bouches-du-Rhône, l'Aude, les Pyrénées-Orientales et le Puy-de-Dôme (aussi en alerte pour les pollens provenant du frêne).

Lire aussi: Pollens - alerte rouge allergies sur plusieurs départements

Pour les personnes allergiques, le retour des pollens est synonyme de nez qui coule, yeux qui grattent, éternuements incessants et, dans les cas les plus graves, difficultés respiratoires.

Afin d'éviter de passer par cette sensation de rhume permanent, il existe plusieurs solutions pour se prémunir contre ces symptômes. Le premier conseil, c'est d'éviter de se balader en forêt quand le niveau d'alerte est élevé.

Ensuite, au niveau des traitements à proprement parler, il faut se moucher régulièrement, se nettoyer les yeux avec du sérum physiologique et se rincer les cheveux avant de se coucher pour éviter que les pollens restés accrochés n'entrent en contact avec les yeux.

Pour les personnes les plus sensibles, un traitement antihistaminique est aussi conseillé (après consultation d'un médecin allergologue) et il pourra être doublé d'une prise de corticoïdes.

Quand les symptômes persistent et sont vraiment handicapants durant plusieurs années, les médecins peuvent aussi proposer à leurs patients des solutions pour totalement les désensibiliser aux pollens (par injection ou prise de comprimés sur une certaine durée).


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr