Déclin

Japon: une université offre un cursus gratuit aux centenaires pour attirer de nouveaux étudiants

L'université veut lutter contre le dépeuplement de ses effectifs. - ©Bertrand Langlois/AFP

La presse japonaise rapporte une annonce curieuse d'une petite université japonaise: faisant face à la baisse de ses effectifs, notamment du fait d'une démographie peu favorable, l'établissement propose des ristournes sur les frais de scolarité pour les étudiants "seniors" avec même une exonération totale pour les centenaires.

Derrière le "buzz", il y a la réalité du déclin démographique du Japon: une université de l'archipel a annoncé qu'elle proposait des réductions drastiques pour ses étudiants âgés. Pour les aspirants au parcours proposé par l'établissement qui seraient âgés de plus de 100 ans, la réduction est même de 100%.

La Hanazono Daigaku (université Hanazono) de Kyoto (centre du pays) se retrouve dans une situation catastrophique. L'établissement, créé en 1872 et géré par un groupe religieux bouddhiste, et offrant principalement des cursus en sciences humaines, accueille moins de 2.000 étudiants, d'après les chiffres de la presse japonaise. Pire encore, l'établissement n'avait ces dernières années qu'une dizaine de candidats à son examen d'entrée.

L'université Hanazono a donc annoncé qu'elle accueillerait dorénavant les candidats âgés de plus de 50 ans en leur proposant une ristourne sur les frais de scolarité qui, pour un cursus de quatre an, s'élèvent à 3.184.000 yens soit environ 24.600 euros. Les quinquagénaires ne paieront que la moitié du prix, les sexagénaires auront 60% e réduction et ainsi de suite, jusqu'aux centenaires qui pourront accéder gratuitement au cours. La rentrée se faisant en avril au Japon, la première promotion avec ces nouveaux étudiants est attendue dans les salles de cours pour le printemps 2019.

Lire aussi - Macron reçoit mercredi à Versailles le futur empereur du Japon

Japon: le Mondial de rugby redonne vie à une ville dévastée par le tsunami


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr