Vigilance

Pollens d'ambroisie: les allergies persistent à la rentrée

Cinq départements sont en niveau de vigilance "très élevée" pour les pollens d'ambroisie. - ©Philippe Huguen/AFP

Cinq départements sont en alerte maximale cette semaine pour la dispersion des pollens d'ambroisie. Les personnes allergiques doivent "suivre scrupuleusement les traitements prescrits par leur médecin et rester très vigilantes", prévient le RNSA.

L'été tire à sa fin comme le montre déjà la météo sur une partie du pays, mais les allergies aux pollens n'ont pas pour autant disparu. Plusieurs départements restent classés en alerte rouge cette semaine.

Ce sont essentiellement les pollens d'ambroisie qui gêneront les personnes allergiques. Ainsi, ils seront très présents dans cinq départements: l'Yonne, la Nièvre, le Rhône, l'Ardèche et la Drôme, placés en niveau d'alerte maximale. L'Isère et l'Ain seront également concernés avec un niveau de vigilance "élevé" en cette première semaine de septembre.

"Les pollens d'urticacées (orties), de plantain et de graminées seront encore présents sur toute la France, avec un risque allergique très faible à faible", prévient le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA).

Voir: Résultats prometteurs d'un timbre épidermique contre l'allergie à l'arachide

L'organisme précise que "les pollens d'ambroisie seront, en ce temps de rentrée scolaire, au sommet de leur période de dispersion. Tant que le soleil sera présent, ces pollens envahiront les principales zones d'infestation et se répandront sur tous les territoires adjacents".

Par conséquent, "les personnes sensibles au pollen d'ambroisie doivent suivre scrupuleusement les traitements prescrits par leur médecin et rester très vigilantes. Attention aussi aux pics de pollution qui sont des facteurs d'aggravation du niveau de risque".

"L’exposition de la population aux pollens constitue un enjeu de santé publique compte tenu du nombre de personnes qui seraient concernées par des allergies en France: de l’ordre de 20 % des enfants à partir de 9 ans et de 30 % des adultes. La prévalence des pathologies allergiques respiratoires comme les rhinites saisonnières et l’asthme semble avoir augmenté ces dernières années dans les pays industrialisés", rappelle le ministère de la Santé.


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr