éphélides

Pourquoi a-t-on des taches de rousseur?

Les roux et les rousses ont plus de taches de rousseur -c'est logique- que les blond(e)s ou les brun(e)s. - ©Eddy Van 3000

Elles étaient autrefois perçues comme un signe de malheur ou comme la marque des sorciers: les taches de rousseur ne sont pourtant pas dangereuses. Elles sont dues à l'exposition de la peau au soleil mais aussi à des facteurs génétiques.

Notre peau est protégée par la mélanine, une substance qui lui donne également sa couleur. Le plus souvent, cette mélanine est répartie de manière uniforme, mais il arrive que les cellules de la peau en produisent en plus grande quantité à certains endroits. Cela donne les taches de rousseur.

Ces taches sont également appelées éphélides. Ce mot vient du grec "epi" qui signifie "à cause de" et de "helios", le soleil: tout est dit! Les taches de rousseur apparaissent lors des expositions au soleil.

Mais celui-ci n'est pas le seul responsable. La présence plus ou moins importante de taches de rousseur a surtout une explication génétique. C'est pourquoi les personnes rousses, qui possèdent le gène de la rousseur, sont davantage concernées par les éphélides.

L'exposition au soleil augmente la production de mélanine qui révèle la présence des taches de rousseur. Lorsque le soleil est moins présent, leur taille et leur nombre diminuent. Ces taches ne sont pas visibles à la naissance, apparaissent dans les trois premières années et augmentent avec l'âge.

Les taches de rousseur sont de bons indicateurs du phototype, c'est-à-dire de la sensibilité de notre peau face aux rayons ultraviolets. Il existe six phototypes et les trois premiers sont les plus sujets aux taches de rousseur.

Ce sont des peaux sensibles aux ultraviolets qui ne bronzent pas ou mal mais qui restent sensibles au soleil. Les zones exposées doivent être particulièrement protégées. Toutefois, les taches de rousseur ne sont pas des anomalies et ne se transforment jamais en mélanome. Elles signalent pourtant un épiderme prédisposé aux cancers de la peau.

 


Voir la version optimisée mobile de cet article