Mesure critiquée

Limitation à 80 km/h: les amendes alimenteront le budget des hôpitaux

Edouard Philippe a expliqué que les amendes seront allouées au budget des hôpitaux. - © Thomas SAMSON / AFP/Archives

Edouard Philippe a défendu sur RTL ce lundi matin la limitation à 80km/h sur les 400.000 kilomètres de routes secondaires concernées par la mesure. Le Premier ministre a expliqué que les amendes seront allouées au budget des hôpitaux qui soignent les blessés des accidents de la circulation.

Pas sûr que cette annonce va calmer la gronde des automobilistes qui s'opposent à la réduction à 80 km/h sur certaines routes mais c'est l'effet escompté par Edouard Philippe. Le Premier ministre a confirmé ce lundi 2, sur RTL, que les amendes générées par les excès de vitesse sur les 400.000 km de routes secondaires qui sont touchés par la nouvelle limitation de la vitesse, "ne viendra pas alimenter le budget de l’Etat, il viendra alimenter le budget des établissements qui participent à la reconstruction des blessés".

Les contrevenants a cette nouvelle législation s'exposent à une amende de 68 euros. A noter qu'il est possible que les forces de l'ordre fassent preuve de mansuétude lors des deux premières semaines de juillet.

Voir - Les routes secondaires désormais limitées à 80 km/h 

Des propos qui confirment la position exprimée en fin de semaine dernière par le ministère de l'Intérieur: "L'éventuel surplus des amendes perçues par l'État liées à l’abaissement de la vitesse à 80 km/h, sera affecté à un fonds d’investissement pour la modernisation des structures sanitaires et médico-sociales spécialisées dans la prise en charge des accidentés de la route".

"L’idée, ce n’est pas d’ennuyer tout le monde, l’idée, ce n’est pas de désavouer tel ou tel, c’est de sauver des vies, c’est d’éviter des blessés", a martelé Edouard Philippe au micro de la radio ce lundi. En effet, selon le gouvernement, baisser la vitesse de 10 km/h permettra de sauver jusqu'à 400 vies par an, et ainsi d'inverser durablement la courbe de la mortalité routière qui, après avoir atteint un plus-bas historique en 2013, a connu un inquiétant rebond entre 2014 et 2016.

Une position ferme du Premier ministre qui refuse de céder face à la fronde de certaines association d'automobilistes et des politiques de droite: "En politique, il faut savoir prendre des décisions qui sont impopulaires quand on pense qu’elles sont bonnes pour le pays".

Lire aussi - Vitesse limitée à 80 km/h: qu'est-ce qui va changer ? 

A compter du 1er juillet, tous les véhicules et conducteurs sont visés par la nouvelle limitation. Il n'y a donc aucun changement pour les poids lourds et les conducteurs novices, déjà limités à 80 km/h. Les opposants au 80 km/h considèrent notamment comme dangereuse cette uniformisation de la vitesse maximale autorisée car, selon eux, le différentiel de 10 km/h avec les poids lourds permettait de les dépasser plus facilement et plus sûrement.


Voir la version optimisée mobile de cet article