La 5 en a 7

De Gaulle, Mitterrand, Sarkozy, Hollande et les autres: les 7 présidents élus de la Ve République (diaporama)

Le général de Gaulle a été le premier président de la République élu au suffrage universel direct, en 1965. - ©AFP

Avant le nouveau chef de l'État issu du second tour de l'élection présidentielle ce 7 mai, ce sont sept présidents de la République élus qui se sont succédé à l'Élysée depuis la fondation de la Vème République par le général de Gaulle.

Outre le fait de ne pas être issu d'un des deux grands partis de la droite et la gauche qui se sont succédé au pouvoir depuis le début de la Vème République, le prochain chef de l'État élu ce 7 mai aura une particularité: ce sera le plus jeune s'il s'agit d'Emmanuel Macron (39 ans, alors que Valéry Giscard d'Estaing avait 48 ans en 1974), ou sera une femme pour la première fois s'il s'agit de Marine Le Pen.

Avant cette élection, sept hommes ont été élus à la présidence de la République depuis la création de la Vème République en 1958. Un huitième a exercé ces fonctions par intérim, en 1969 après la démission de Charles de Gaulle et en 1974 après la mort de Georges Pompidou: il s'agit d'Alain Poher, à l'époque président du Sénat et deuxième personnage de l'État.

Voici un rappel des 7 présidents élus sous la Vème République.

> Charles de Gaulle (8 janvier 1959 - 28 avril 1969)

En décembre 1958, le fondateur de la Vème République est élu au suffrage universel indirect par 78,51% des 81.764 grands électeurs (parlementaires, conseillers généraux, représentants des conseils municipaux), contre 13,03% au candidat du Parti communiste Georges Marrane et 8,46% au candidat de l'Union des forces démocratiques (UFD, gauche non-communiste) Albert Châtelet.

Après l'adoption, par référendum en octobre 1962, du suffrage universel direct, ce sont les Français qui élisent directement leur président en décembre 1965. De Gaulle, candidat de l'Union pour la nouvelle République (UNR, droite) l'emporte au second tour avec 55,20% des suffrages face au chef de l'opposition de gauche François Mitterrand, candidat de la Convention des institutions républicaines (CIR), qui recueille 44,80% des voix.

Après l'échec du référendum sur la réforme du Sénat en avril 1969, le général de Gaulle se retire. L'intérim est assuré pendant 53 jours par Alain Poher, président du Sénat.

> Georges Pompidou (20 juin 1969 - 2 avril 1974)

Après le départ du général de Gaulle, son Premier ministre Georges Pompidou, candidat de l'Union pour la défense de la République (UDR, droite) l'emporte au second tour de l'élection présidentielle anticipée, en juin 1969, avec 58,21% des voix, face au centriste Alain Poher (Centre démocrate), qui recueille 41,79% des suffrages, profitant de la désunion de la gauche au premier tour (Jacques Duclos, Gaston Defferre, Michel Rocard).

La mort de Georges Pompidou, le 2 avril 1974, entraîne un nouvel intérim de 55 jours d'Alain Poher à l'Élysée et une nouvelle élection présidentielle anticipée.

> Valéry Giscard d'Estaing (27 mai 1974 - 21 mai 1981)

Le candidat unique de la gauche, François Mitterrand (PS), arrive largement en tête au premier tour, devant le ministre de l'Économie Valéry Giscard d'Estaing, candidat des Républicains indépendant (RI, centre-droit) et l'ancien Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, candidat du parti gaulliste Union des démocrates pour la République (UDR, droite). Pour la première de ses cinq candidatures, le président du Front national Jean-Marie Le Pen recueille 0,75% des suffrages. Au second tour, VGE l'emporte sur Mitterrand par le plus petit écart de toutes les élections présidentielles de la Vème République: 50,81% contre 49,19%, soit moins de 425.000 voix.

> François Mitterrand (21 mai 1981 - 17 mai 1995)

Sept ans plus tard, François Mitterrand (PS), qui n'est plus candidat unique de la gauche, arrive en 2e position au premier tour mais, au second tour, prend sa revanche en battant Valéry Giscard d'Estaing, candidat de l'Union pour la démocratie française (UDF, centre-droit) avec 51,76% des suffrages contre 48,24%. Il devient le premier président de gauche de la Vème République.

En mai 1988, il est réélu haut la main au second tour avec 54,02% des voix face à son Premier ministre de cohabitation Jacques Chirac, candidat du Rassemblement pour la République (RPR), qui recueille 45,98% des suffrages.

> Jacques Chirac (17 mai 1995 - 16 mai 2007)

En mai 1995, après avoir été longtemps distancé dans les sondages par le Premier ministre de la seconde cohabitation Edouard Balladur (soutenu par l'UDF), qui finalement arrive 3e au premier tour, Jacques Chirac parvient au second tour et y bat le candidat du PS Lionel Jospin avec 52,64% des voix contre 47,36%.

Sept ans plus tard, on s'attend à une revanche entre le chef de l'État et son Premier ministre de cohabitation pendant cinq ans, mais à la surprise générale celui-ci ne se qualifie pas pour le second tour, battu de 194.600 voix par le président du Front national Jean-Marie Le Pen: c'est le fameux choc du 21 avril 2002. Au second tour, Chirac est élu pour un second mandat (de cinq ans, et non plus de sept) en écrasant Le Pen par 82,21% des suffrages contre 17,79% (soit à peine plus que le score de celui-ci au premier tour, 16,86%).

> Nicolas Sarkozy (16 mai 2007 – 15 mai 2012)

Au premier tour de l'élection de 2007 Jean-Marie Le Pen est redescendu à 10,44% et Nicolas Sarkozy, candidat de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), arrive largement en tête devant Ségolène Royal, candidate du PS et première femme à accéder à un second tour. Elle y est battue par Sarkozy, assez nettement: 53,06% contre 46,94%.

> François Hollande (depuis le 15 mai 2012)

Cinq ans plus tard, Nicolas Sarkozy rate sa réélection. Il est battu par François Hollande, désigné candidat du PS par des primaires et arrivé en tête au premier tour. Mais l'écart du second tour est plus faible que lors de l'élection précédente: 51,64% contre 48,36%.

(Voir ci-dessous un diaporama des 7 présidents de la Vème République élus de 1958 à 2012):


Voir la version optimisée mobile de cet article