Des politiques et des vaches

Salon de l'agriculture: passage (presque) obligé pour les présidents de la République (DIAPORAMA)

Jacques Chirac (ici aux côtés de Jean Glavany, son ministre de l'Agriculture de 1998 à 2002) était particulièrement à l'aise au Salon de l'agriculture. - Jacques Demarthon/AFP

Le Salon de l’agriculture permet aux présidents de la République d’afficher leur attachement à la ruralité et leur proximité avec les professionnels et les visiteurs, une image qui est ensuite retransmise par la télévision.

Pour les hommes politiques, le Salon de l’agriculture, qui célèbre les richesses du territoire, est l’occasion de rencontrer les acteurs de la France rurale venus présenter leurs plus belles productions à Paris.

De Gaulle, qui est à l'origine de la manifestation, Pompidou, Giscard d'Estaing... tous les présidents de la République en fonction s'y sont déplacés, à l'exception notable de François Mitterrand qui avait fait un passage au Salon de l'agriculture comme candidat en 1981, avant d'échapper au rendez-vous pendant les 14 ans de ses deux septennats. En témoigne cette anecdote: au début de l’année 1983, alors que l’un de ses conseillers, Henri Nallet, l’interroge sur sa venue au Salon de l’agriculture, le président rétorque "Laissons ça à Chirac". Et d'ajouter non sans cynisme: "Rocard (à l'époque ministre de l'Agriculture, NDLR) s’en sortira très bien seul".

Le programme est presque toujours le même: rencontre avec les producteurs, dégustation de produits locaux, passage aux stands des animaux de ferme. Et à ce jeu-là, c'est bien Jacques Chirac qui était le plus fort. En dehors de la quantité gargantuesque de nourriture qu'il pouvait avaler au cours de ses (longs) passages au salon, l'ancien chef de l'Etat avait le sens de la formule qui touche le monde agricole. Lors du salon 2005, s'approchant d'imposantes vaches, Jacques Chirac s'écrie: "Ce ne sont pas des bovins, ce sont des chefs d'œuvre".

Durant son mandat, Nicolas Sarkozy, lui, s'y est rendu tous les ans, mais jamais plus de quatre heures, évitant même l'inauguration en 2010. Sa première visite fut particulièrement marquante. En plein bain de foule, il croise un visiteur récalcitrant qui refuse tout contact avec lui. S'en suit un bref et violent échange verbal conclu par un "Casse-toi, pauv' con" de la part du locataire de l'Elysée de l'époque.

Petite phrase toujours pour François Hollande en 2013. Lors de la discussion avec des enfants sur le salon, l'un d'eux souligne qu'il n'avait vu François Hollande que "dans la télé". Le président plaisante un moment sur le fait que c'est "mieux en vrai", puis un autre petit assure qu'il n'a "jamais vu Nicolas Sarkozy". "Ah ben, tu ne le verras plus", répond du tac au tac François Hollande, déclenchant les rires de ses proches dans l'assemblée. 

Une petite pique à laquelle Nicolas Sarkozy répondra deux ans plus tard également au Salon de l'agriculture où un journaliste l'interpelle sur la phrase de François Hollande à son encontre. "Encore une promesse non tenue", répond, hilare, l'actuel président des Républicains.

(Voir ci-dessous un diaporama des présidents de la République au Salon de l'agriculture).


Voir la version optimisée mobile de cet article
Poursuivre sur Francesoir.fr