Islam de France

Une "taxe halal" et plus d'arabe à l'école pour lutter contre l'islamisme

Pour lutter contre la montée de l'idéologie islamiste, l'Institut Montaigne préconise la mise en place d'une taxe halal et l'apprentissage de l'arabe à l'école. - © BENJAMIN CREMEL / AFP/Archives

Pour lutter contre la montée du fondamentalisme chez les musulmans de France, l'Institut Montaigne préconise dans son dernier rapport, publié dimanche, la mise en place d'une taxe halal et aussi d'accorder une place plus importante à l'enseignement de l'arabe à l'école.

Pour aider le gouvernement à réformer l'islam de France, l'Institut Montaigne a établi un rapport -publié dimanche 9 et qui sera bientôt remis au président Emmanuel Macron- intitulé la fabrique de l'islamisme, au sujet de la montée inquiétante du fondamentalisme chez les musulmans de l'Hexagone.

"La réponse au développement de l’islamisme en France et en Europe ne doit pas être guidée par la peur, mais par la raison", explique l'auteur de ce texte, Hakim El Karoui, qui préconise différentes mesures.

Pour lui, la création d'une Association musulmane pour l'islam de France (Amif) est nécessaire, afin que soit mise en place une taxe halal, inspirée du code alimentaire "casherout" dans la communauté juive sur les denrées certifiées casher.

Lire aussi: Sarkozy - son programme pour gagner "la guerre" contre l'islamisme radical

L'Amif pourrait aussi permettre de former des cadres religieux. Formation dans laquelle l'Etat pourrait alors intervenir. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb s'étant déjà déclaré favorable à cela .

Pour lutter contre l'islamisme radical, l'Institut Montaigne préconise aussi une meilleure surveillance du financement du culte, avec notamment un contrôle des dons, des financements étrangers et des divers flux financiers, afin d'éviter aussi les dérives et détournements.

Poursuivant toujours le même objectif, le rapport souligne qu'un renforcement de l'enseignement de la langue arabe à l'école publique est nécessaire car "les cours d’arabe dans les mosquées sont devenus pour les islamistes le meilleur moyen d’attirer des jeunes dans leurs mosquées et écoles (coraniques)".

Et aussi:

Crimes "antisémites" et islamisme radical: Macron fait un choix dangereux

L'islamisme a "à voir avec l'islam", selon Valls

Marion Maréchal-Le Pen: "il y a des carences dans la gestion migratoire et la lutte contre l'islamisme"


Voir la version optimisée mobile de cet article