Fake news

Une adhérente LREM pointée du doigt pour ses mensonges et son faux CV

Agnès Cerighelli est accusée d'avoir menti sur son CV et trompé de nombreuses personnes. - ©Capture d'écran Twitter

Agnès Cerighelli est vivement pointée du doigt sur Twitter depuis dimanche. Cette adhérente LREM est accusée d'avoir menti sur son CV et sur ses mandats associatifs dans le but d'obtenir un secrétariat d'Etat.

Elle est adhérente La République En Marche, et c'est bien la seule chose véridique de son CV. Agnès Cerighelli est sous le feu des critiques depuis dimanche 2 et les révélations d'un utilisateur de Twitter.

Maxime Haes qui lutte à sa manière contre les Fake News, les fausses informations, s'est intéressé au parcours (apparemment bien rempli) de cette femme.

Sur Twitter, elle se présentait ainsi comme Présidente du Réseau Féminin iaeaufeminin.fr, porte-parole du CNFF (le Conseil national des femmes Françaises) et élue LREM au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines.

A voir aussi: Éducation sexuelle à 4 ans: Schiappa dénonce de "fausses informations"

Ce lundi 3 malgré les nombreux démenti, Agnès Cerighelli a simplement changé son statut d'élue En Marche. Il s'est en effet avéré qu'elle siège au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye… mais en tant que non inscrit.

Elle est cependant adhérente LREM, bien que ses relations avec sa section locale semblent tendues. La militante relaie en effet de nombreuses fausses informations contre Marlène Schiappa et notamment contre la mise en place de l'éducation sexuelle à l'école ou encore "la légalisation de la pédophilie".

Celle qui dit aussi être porte-parole du CNFF ne l'est en fait plus depuis mai 2018 et ne peut "en aucun cas s'exprimer" au nom de l'association a fait savoir le conseil. Même chose du côté de l'association Réseau Féminin IAE dont elle dit être présidente.

Elle a été remerciée en 2013 après la découverte "de pratiques contraires aux statuts et principes" de l'association. Selon certains adhérents, elle aurait détourné des fonds et des fichiers.

Maxime Haes a aussi accusé Agnès Cerighelli d'utiliser de fausses cartes de visites pour participer à différents événements et ainsi se rapprocher du pouvoir. Elle se serait récemment faite passer pour une proche conseillère du président, témoignage de ses interlocuteurs à l'appui.

Elle a ainsi parfois persuadé des personnes avoir remis à Emmanuel Macron un rapport qu'il lui aurait commandé. Si elle a bien écrit ce texte, le président de la République ne lui en a jamais fait la commande et ce n'est pas à lui qu'elle l'a confié mais bien… à l'accueil de l'Elysée. Ses mensonges ont jusque là plutôt bien fonctionné puisqu'ils lui ont même permis de signer une tribune dans le JDD en avril dernier.

Agnès Cerighelli semble en effet persuadée, ou du moins le dit à qui veut bien l'entendre, qu'Emmanuel Macron est sur le point de créer un secrétariat d'Etat à la Famille. Elle milite bien sûr pour en être à la tête.

Si elle nie les accusations dont elle fait l'objet malgré les communiqué des associations qui stipulent bien qu'elle n'a plus rien à voir avec elles, il sera plus compliqué de se faire passer pour une proche du président dorénavant.

Elle a en effet été signalée à la sécurité. Elle était par exemple présente, seule, devant le collège de Laval où se trouvait Emmanuel Macron à l'occasion de la rentrée des classes ce lundi 3. Selon Cyril Graziani, elle a rapidement été "reconduite poliment à la sortie" de l'établissement.

A lire aussi:

Loi Schiappa: face aux critiques, 79 parlementaires LREM défendent une "loi de progrès"

Twitter fait la chasse aux "fake news": un million de comptes suspendus par jour

Arme ou danger pour la démocratie? L'Assemblée divisée sur la loi anti-fake news


Voir la version optimisée mobile de cet article