Victoire de l'armée irakienne

Bataille de Mossoul: le récit des derniers combats pour reprendre la ville à l'Etat islamique

Les forces irakiennes ont finalement triomphé de l'Etat islamique à Mossoul. - © AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Après neuf mois d'une bataille acharnée, l'armée irakienne appuyée par la coalition internationale a vaincu les forces de l'Etat islamique qui occupaient Mossoul. Matteo Puxton, agrégé d'Histoire, spécialiste des questions de défense et observateur de référence de la stratégie de Daech, décrypte et analyse en partenariat avec "FranceSoir" les derniers combats qui ont permis de reprendre la ville à l'organisation djihadiste.

La bataille de Mossoul avait débuté le 17 octobre 2016. Il aura fallu 267 jours, presque 9 mois, pour reprendre la ville à l'Etat islamique, après une bataille tout simplement dantesque.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-1-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Carte de la vieille ville au 1er juillet. En vert, les zones déjà reprises, en rouge les zones encore tenues par l'EI ou disputées.

Le 1er juillet, le quartier de Shifa est annoncé nettoyé pour la 5ème fois par l'ERD (Emergency Response Division, forces spéciales du ministère de l'Intérieur). Dans la vieille ville, la police fédérale s'empare du débouché ouest du pont de fer, et de Bab al-Jadid dans la partie sud. Les combats continuent dans Maidan, Rabia, Bab al-Bakr, Shahwan, Khatoon, Ras Khor, Imam Ibrahim, Qaliat, Sargkhana, Qataniyan, Suq al-Sagha, et Bab al-Lakash. La prise du débouché du pont a été permise par la poussée vers le sud depuis Shifa, le long du Tigre. Les conseillers américains de la 82nd Airborne Division sont présents pour coordonner l'action des forces irakiennes, solliciter l'appui aérien et éviter les tirs fratricides. Dans le quartier de Zinjali, les forces de la défense civile irakienne découvrent et démantèlent des chaînes d'IED placées pour être activées après le retour des civils. Une vidéo Amaq de l'EI montre plusieurs corps de policiers fédéraux irakiens, un autre est abattu par un sniper près d'un véhicule. Les djihadistes utilisent des munitions au chlore fabriquées localement dans la rue Farouq de la vieille ville. Un lieutenant du 2ème bataillon, 2ème brigade de l'ERD est tué dans les combats, de même qu'un lieutenant-colonel de l'ERD et un capitaine de l'armée, commandant d'une compagnie de Rangers de la 73ème brigade, 16ème division. Les pertes en officiers sont lourdes, même si le gouvernement irakien en fait étrangement davantage la publicité à la fin de la bataille; on peut supposer que les pertes en hommes sont également conséquentes.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-2-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

La brigade Sayfullah, composée de Nord-Caucasiens, combat pour l'EI dans la vieille ville. Au centre, debout, Abu Sayfullahash-Shishani, le chef de la brigade.

Le 3 juillet, la Golden Division s'empare de Ras al-Koor, la police fédérale prend Bab al-Sarai, l'ERD atteint la rue Khalib ibn al-Walid. La 16ème division attaque Kartunya. Les unités irakiennes déclarent avoir éliminé un nombre farfelu de djihadistes. L'EI lui se sert de plus en plus de femmes ou d'adolescentes kamikazes: deux adolescentes de 12 et 14 ans se font exploser, tuant trois membres de l'ICTS, ainsi que cinq à sept autres femmes. Le 2 juillet, la Golden Division prend Makawi au centre de la vieille ville. Un kamikaze de l'Etat islamique se fait sauter à Nabi Jarjeesh parmi des déplacés, tuant une personne et en blessant neuf. La population craint la présence de combattants de l'EI qui se seraient fondus parmi la population civile dans les secteurs déjà libérés. L'emploi massif des frappes aériennes entraîne d'importantes pertes civiles: selon un officier de la Golden Division, il y aurait jusqu'à 20 frappes par jour, parfois pour éliminer deux ou trois combattants de l'EI. Les miliciens chiites repoussent une attaque de l'organisation djihadiste sur la frontière irako-syrienne: une brigade du Hashd demande à pouvoir entrer en Syrie pour traquer les djihadistes. Le conseil du Sinjar se plaint quant à lui que les miliciens chiites empêchent les Yézidis déplacés de revenir dans leur district. Dans une vidéo Amaq, les djihadistes filment plusieurs corps de soldats irakiens dont un officier, et une mitrailleuse M249 capturée. L'armée irakienne s'empare d'un fusil de sniping lourd bricolé par Daech dans la vieille ville.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-3-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Véhicules kamikazes utilisés par l'EI contre les miliciens chiites à l'ouest de Mossoul: Toyota Hilux et SUV avec coque de blindage.

Le 4 juillet, l'ERD avance dans Bab el-Tob. La Golden Division et la 16ème division annoncent avoir nettoyé  Maidan, Kawazin, Qalahat, Barka, et Ras al-Koor. Les dernières poches de résistance se situent le long du Tigre. L'EI lance une attaque à Hadbaa, au nord-est de Mossoul, en traversant le fleuve, et tue 16 soldats irakiens. Les Irakiens préparent déjà l'assaut sur Tal Afar, auquel devraient participer les unités encore engagées dans Mossoul. Une vidéo Amaq montre des combattants faire le coup de feu dans la vieille ville, et jeter une grenade sur une position adverse assez proche. Plusieurs corps de combattants irakiens sont encore filmés. Un kamikaze de l'EI tue le commandant adjoint de la brigade 13 de la mobilisation populaire chiite (de Kerbala). La wilayat al-Jazirah de l'EI lance au moins deux véhicules kamikazes contre les miliciens chiites lors d'une contre-attaque près de la frontière syrienne. Daech reconnaît la mort de Abdul-Rahman Al-Daghestani (Akhmad Medinsky), un prêcheur important lié à la brigade nord-caucasienne opérant dans la vieille ville de Mossoul. Dans la nuit du 3 au 4 juillet, 160 combattants de l'Etat islamique se glissent à travers le Tigre, au nord de Shirqat, et s'emparent du village d'Imam al-Gharbi, à 15 km à l'est de la base aérienne de Qayyara qui appuie l'offensive sur Mossoul. Les quelques dizaines de combattants laissés sur place par le groupe terroriste vont tenir le village pendant deux semaines.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-4-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Abdul-Rahman Al-Daghestani (Akhmad Medinsky), un prêcheur dagestanais important de l'EI lié à la brigade Sayfullah, a été tué à Mossoul.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-5-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Carte de situation au 5 juillet dans la vieille ville de Mossoul.

Le 5 juillet, Bab el-Tob est déclaré nettoyé. Le chef de la police fédérale, le général  Raed Shakir Jawadat, déclare que l'EI ne contrôle plus que quatre quartiers:  Nujafi, Bab al-Saray, Bab al-Lakash, et Bab al-Jadid, dont certains ont déjà été déclarés libérés, et il ne mentionne pas d'autres zones encore contestées... La 5ème division de la police fédérale aurait nettoyé Bab al-Saray. Un lieutenant-colonel, commandant de bataillon de l'ERD, est tué dans les combats de la vieille ville. L'EI cherche à infiltrer ses hommes parmi le flot de réfugiés et continue de monter des attaques à travers la ville. Quatre kamikazes sont tués à Wadi Hajar. A l'extérieur de Mossoul, les djihadistes montent une attaque près de la base aérienne de Qayyara. Le problème dans la ville est qu'il n'y a pas de forces de police suffisantes pour assurer les tâches de sécurité. Les forces irakiennes capturent encore des stocks de munitions (comme celui-ci avec des munitions pour drones armés et lance-grenades improvisés, et ceintures explosives) dans la vieille ville.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-6-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

L'impact d'une bombe JDAM larguée par un appareil de la coalition sur une position de l'EI au bord du Tigre, filmée par drone.

Le 6 juillet, les combats se concentrent dans cinq quartiers: Bab el-Tob, désormais encerclé, et quatre quartiers le long du Tigre: la Corniche, Shahwan, Najafi Street, et Maidan. D'après un commandant de la Golden Division, les familles des combattants de l'EI rejoignent le combat: les femmes font le coup de feu et se servent des enfants comme boucliers humains. Ce qui ne saurait surprendre après l'emploi de femmes kamikazes. Six quartiers de Mossoul-ouest sont complètement détruits et 38 ont souffert de destructions plus ou moins importantes. Une vidéo Amaq montre un tir de missile antichar Konkurs/Fagot sur un groupe de miliciens chiites au sud de Qayyara. L'Etat islamique fait également l'éloge d'un kamikaze russe qui s'est fait sauter dans la vieille ville.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-7-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Des miliciens chiites tirent avec un lanceur IRAM al-Battar, à 10 tubes, développé par la milice chiite Kataib Hezbollah à la fin de la bataille de Baiji (automne 2015).

Le 8 juillet, trois secteurs restent disputés: Maidan, Qalahat et Shahwan, où opèrent la Golden Division pour les deux premiers et la 9ème division blindée et la 16ème division d'infanterie pour le troisième. Les djihadistes ne tiennent plus que quelques poches mais prennent des civils en otage. L'EI lance une contre-attaque à Badoush au nord-ouest de Mossoul.

Le 7 juillet, les Irakiens annoncent avoir repris Maidan et Nafji Street. L'EI lance une contre-attaque désespérée avec 50 à 100 combattant dans Bab al-Lakash, Bab al-Tob et Maidan. La 3ème division de la police fédérale annonce avoir conquis la rue Najaifi. Deux kamikazes sont tués dans la ville de Hammam al-Ali au sud de Mossoul. Le commandant du 1er bataillon de la 71ème brigade de la 15ème division irakienne est tué dans les combats contre l'Etat islamique à Badoush, au nord-ouest de Mossoul.

Le 9 juillet, la Golden Division bataille pour liquider la résistance dans Maidan et Qalahat. L'Etat islamique tient encore 50 à 100 maisons;  trois kamikazes sont tués à l'est de Mossoul de même qu'une trentaine de combattants qui cherchaient à franchir le Tigre. Une vidéo Amaq montre un missile antichar Fagot frapper un véhicule irakien au sud-ouest de Mossoul. Les pertes irakiennes sont lourdes: on parle de 40% de l'effectif de l'ICTS (Iraqi Counter Terrorism Service) mis hors de combat. L'ERD n'hésite pas à tirer des roquettes "Elefant" sur la vieille ville de Mossoul.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-8-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Un CV-22 Osprey américain filmé sur une base non loin de Mossoul par un soldat de l'ERD.

Le 10 juillet, les dernières poches de résistance de l'EI dans la ville sont finalement nettoyées. Trois soldats de la Golden Division sont tués dans les combats à Shahwan et Qalawat. Ces dernières poches seraient notamment tenues par des femmes étrangères des djihadistes qui font le coup de feu. L'EI revendique la mort de 10 soldats de la 2nd ISOF Brigade (Golden Division) à Maidan.

fin-de-la-bataille-de-mossoul-etat-islamique-illustration-9-francesoir.jpg

Ce contenu n'est pas compatible AMP. Cliquez-ici pour accéder au site mobile

Il aura fallu presque cinq mois de combats pour venir à bout de la résistance de l'EI dans l'ouest de Mossoul (contre trois mois pour la partie est). La chute de la ville ne marque cependant pas la fin du territoire de l'EI en Irak: outre la poche de Tal Afar à proximité immédiate de Mossoul, à l'ouest, l'EI conserve encore la poche de Hawija, au sud-ouest de Kirkouk, et la partie ouest de la province d'al-Anbar au sein de la wilayat (transfrontalière) al-Furat. La reconquête du territoire de l'EI en Irak est donc encore loin d'être terminée.


Voir la version optimisée mobile de cet article